La carte postale de vacances d’Arielle Dombasle (RTL)

Tout l’été, Les Grosses Têtes donnent de leurs nouvelles ! Dans ce podcast, Arielle Dombasle vous raconte ses vacances et ses souvenirs…

La Pharmacie Littéraire d’Arielle Dombasle

Arielle Dombasle a le plaisir de vous présenter ce gracieux OPNI Objet Poétique Non Identifié, qu’est l’édition collector de la Pharmacie Littéraire.

Un véritable hommage à ceux qu’elle aime: Man’ha Garreau Dombasle, sa grand-mère adorée , son ami, partenaire artistique Nicolas Ker, qui vient de nous quitter.

Elle contiendra deux livres, dont l’un chargé d’émotion, puisqu’il s’agit de la réédition du recueil de poèmes de Man’ha Garreau Dombasle. À la fois écrivaine et poète, Man’ha a été l’amie de nombreux artistes dont Paul Claudel, Marx Ernst, Isadora Duncan et Tamara de Lempicka. Ce recueil anciennement publié chez Stock en 1988, sera réédité aux Éditions Sophie Wiesenfeld pour l’occasion.

Arielle Dombasle proposera aussi sa signature olfactive avec son parfum ” le Secret d’Arielle”, un hommage à la parfumerie française, entièrement conçu à Grasse à base de fleurs naturelles: rose, iris et musc.

Arielle Dombasle a également souhaité offrir son dernier album Empire, sorti le 21 juin 2020 en pleine pandémie, réalisé avec son acolyte et ami Nicolas Ker.

La Prescription d’Arielle Dombasle
Prix : 59,00 €

Cliquez ici pour commander La Pharmacie Littéraire d’Arielle Dombasle.

“Deconstruction of the Bride”, le nouveau clip extrait de l’album Empire !

Six funestes mariées dans un cimetière. Simon Liberati en prêtre officiant une union à la fois sacrée et maudite. Une abbaye en ruines. Et un rôdeur…

Gothique, romantique, rock et déjanté, “Deconstruction of the Bride” est le nouveau clip extrait de l’album Empire d’Arielle Dombasle et de Nicolas Ker !

Découvrez le romantisme noir de “Deconstruction of the Bride”, le nouveau clip d’Arielle Dombasle & Nicolas Ker :

Empire, le dernier album d’Arielle Dombasle et de Nicolas Ker est disponible :

Tout à gagner avec Arielle Dombasle ! (RTL)

Radioportation en 2004 en compagnie d’Arielle Dombasle. Cette rockeuse dans l’âme revient sur son album Amor Amor sorti cette année là.

Invitée de l’émission “Tout à gagner” sur RTL, Arielle Dombasle est revenue sur le succès de son album Amor Amor sorti en 2004. L’album de platine fait dès à présent son grand retour sur toutes les plateformes d’écoute et de téléchargement !

Réécoutez l’émission “Tout à gagner avec Arielle Dombasle” en intégralité ci-dessous :

Amor Amor est maintenant disponible sur Spotify !

Arielle Dombasle dans “Musique émoi” (France Musique)

Parmi toutes les facettes du chant et du jeu d’Arielle Dombasle, il y a la voix lyrique acquise à l’adolescence à Paris après des années de danse classique et une enfance au Mexique. Qui est le modèle absolu ? Maria Callas, bien évidemment, qu’elle a rencontrée chez elle…

Dimanche, Arielle Dombasle était l’invitée de Priscille Lafitte dans “Musique émoi” sur France Musique.

Une émission à réécouter en intégralité en cliquant ici !

Programmation musicale

Agustín Lara
Solamente una vez
(album Amor, Amor)
Arielle Dombasle, chant
CD Columbia

Caetano Veloso
Cucurrucucu paloma
Extrait de la B.O.F. « Parle avec elle » de Pedro Almodovar
Caetano Veloso, chant et guitare

Joaquin Rodrigo
Concerto d’Aranjuez (Allegro con spirito)
Alfonso Moreno, guitare
Orchestre Symphoique d’Etat du Mexique
Direction : Enrique Batiz
CD Regis

Piotr Ilitch Tchaïkovsky
Le Lac des Cygnes (Acte I n°2 : Valse)
Orchestre Philharmonique de Bergen
Direction : Neeme Järvi
CD Chandos

Giaccomo Rossini
La Pie voleuse (Sinfonia)
Orchestre du Théâtre de la Fenice
Direction : Giancarlo Andretta
CD Mondo Musica

Gabriel Fauré  
Requiem (Pie Jesu)
Agnès Mellon, soprano
Ensemble Musique oblique
Direction : Philippe Herreweghe
CD Harmonia Mundi

Traditionnel Catalan
El cant dels ocells
Victoria de Los Angeles, soprano
Geoffrey Parsons, piano
CD Brillant Classics

Extrait du film Perceval le Gallois d’Eric Rohmer.

Jean Sébastien Bach
Cantate BWV 78 « Wir eilen mit schwachen »
Arielle Dombasle, soprano
Octavian Loys, contre-ténor
Album Cantate 78
45T Carrere

Harold Arlen
Somewhere over the Rainbow (Le Magicien d’Oz)
Judy Garland, chant
Orchestre sous la direction d’Herbet Stothart
CD Prism Leisure Corporation

Giusepe Verdi
La Traviata, extraits de l’acte III :
« Teneste la promessa »
« Addio del passato »  
Maria Callas, soprano
Orchestre Symphonique National de la RAI de Turin
Direction : Gabriel Santini
CD Warner Classics

Georg Friedrich Haendel
Rejoice greatly o daughter of Sion d’après le Messie
Arielle Dombasle, chant
(Album Liberta)
CD Trema

Arielle Dombasle : « Il y a chez Cristina Cordula quelque chose de tellement solaire et gracieux » (Ouest France)

M6 diffuse la deuxième édition des « Reines du shopping spéciale célébrités », au profit d’associations, dès le lundi 4 janvier à 17h30.

Cinq personnalités participent à l’émission de Cristina Cordula cette semaine : Sylvie Tellier, Carine Galli, Lio, Séverine Ferrer et Arielle Dombasle. Cette dernière défend Les Chats de Stella, une association qui a pour mission de sauver, soigner et accueillir les chats domestiques abandonnés. La chanteuse et comédienne – dont on verra le shopping jeudi 7 janvier – revient sur cette expérience.

Pourquoi avoir accepté de participer à ces Reines du shopping spécial célébrités ?

Avant tout, j’aime beaucoup Cristina Cordula. Nous nous connaissons des Grosses têtes. Nous sommes toutes les deux d’Amérique Latine. Il y a chez elle quelque chose de tellement solaire, généreux et gracieux. Au début, quand elle m’a proposé de participer à l’émission, je n’avais pas trop envie. Elle m’a convaincue avec l’idée que nous jouons pour une association. En ce qui me concerne, il s’agit des Chats de Stella. C’est un refuge pour chats abandonnés dans le midi de la France, un refuge où on soigne les animaux, où on les stérilise et où ils sont prêts à l’adoption.

Qui vous a accompagné pour ce shopping sur le thème : « Osez la couleur en hiver » ?

J’étais toute seule. Je pense que d’une manière générale, c’est mieux parce que, dans le cas contraire, on risque aussi de choisir les mauvaises choses pour faire plaisir à la personne qui vous accompagne. On est plus fort seule d’une certaine façon !

Quelle était l’ambiance entre participantes ?

Très gaie, enjouée ! Il n’y avait pas du tout de rivalités entre nous. C’était plutôt sous le signe de l’amusement, de la légèreté et de la drôlerie dans la compétition.

Appréhendiez-vous les commentaires de Cristina Cordula sur votre tenue ?

Cristina est quelqu’un de très savant. J’ai lu ses livres sur les looks, sur les styles. Elle n’est pas du tout une fashion-victim. C’est quelqu’un de très pointu sur la manière de s’habiller, ce qui vous va, les proportions, le style. Donc j’étais curieuse et heureuse d’avoir son avis.

De façon générale, quel est votre rapport à la mode ?

Quand on est actrice, c’est un peu différent. On est très souvent entre les mains de costumières, d’habilleuses. J’aime beaucoup cela. C’est un plaisir qu’on a quand on joue des rôles pour entrer dans des personnages. Puis j’ai de grands amis couturiers. J’ai eu la chance d’être habillée par des gens merveilleux comme Jean-Paul Gaultier, Yves Saint Laurent, ou John Galliano.

Est-ce que vous vous reconnaissez quelques fashions faux pas par le passé ?

Bien sûr ! Comme j’ai vécu dix-huit ans au Mexique, j’ai quelques fois des goûts très exotiques. Et le fashion faux pas, ça me connaît, absolument. On dit souvent que je suis habillée de façon un peu trop extravagante. Mais, généralement, on est plus indulgent avec les actrices !

Avez-vous des projets ?

Je continue à tourner les clips d’Empire (Barclay/Mercury, Universal), mon album avec Nicolas Ker. On avait évidemment des concerts, mais tout est en suspens…

Découvrez Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle en duo avec Nicolas Ker :

Inclus le titre “Just Come Back Alive” :

Arielle Dombasle dans “Les Reines du Shopping”

À partir du lundi 4 janvier et toute la semaine, retrouvez Arielle Dombasle, Sylvie Tellier, Lio, Séverine Ferrer et Carine Galli dans “Les Reines du Shopping” pour une semaine spéciale célébrités au profit d’associations !

Chacune des candidates jouant pour tenter de gagner 10 000 EUR au profit d’une association, Arielle Dombasle a choisi de représenter Le Refuge Gireau-Les Chats de Stella dont elle est la marraine historique.

Les Chats de Stella a pour mission de sauver, de soigner, d’accueillir les chats domestiques abandonnés et les chats errants.

Retrouvez “Les Reines du Shopping spéciale célébrités au profit d’associations”, présenté par Cristina Cordula, du lundi 4 janvier au vendredi 8 janvier à 17h30 sur M6.

Arielle Dombasle dans 300 Chœurs pour les Fêtes (France 3)

Dans “300 Chœurs pour les fêtes”, Arielle Dombasle et Vincent Niclo interprètent en duo le titre “Somethin’ Stupid” rendu célèbre par Frank et Nancy Sinatra en 1967.

Arielle Dombasle et Vincent Niclo dans 300 Chœurs pour les Fêtes

Un duo à découvrir ci-dessous :

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, est déjà disponible !

Cliquez ici pour le commander sur Amazon !

Les Grosses Têtes : plus on est de filles, plus on rit !

Deux équipes de cinq filles s’affrontent sur les questions habituelles, mais aussi au cours de jeux et happenings, en présence de quelques séducteurs : Amir, Florent Peyre, Harry Roselmack, Pablo Mira, et Patrick Bruel. La fin d’année approchant, une voyante est également présente, pour lire l’avenir des “Grosses Têtes”, et donner ses prévisions très attendues pour 2021.

Une émission à revoir en intégralité en cliquant ici !

Regardez le nouveau clip, “Desdemona” !

L’Empire d’Arielle Dombasle et de Nicolas Ker n’a pas de fin . Il se poursuit aujourd’hui avec “Desdemona”, un clip rock et baroque dans lequel amour et jalousie sont les maîtres mots.

Desdemona :

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Sortie du clip “The Palace of the Virgin Queen”

Après “Just Come Back Alive”, “Le Grand Hôtel”, “Humble Guy” et “Twin Kingdom Valley”, place à “The Palace of the Virgin Queen”, un mix extatique de pop (très 80s !), rock (glam) et d’électro.

C’est l’un des titres les plus débridés d’Empire, album unanimement salué en média comme l’un des plus surprenants et réussis d’une année où chacun est tenu de vivre, au mieux, en demi-teinte…

La chanson, comme l’album entier, évoque l’insoumission, la liberté sur fond de quête d’absolu, d’intensité. Une célébration disruptive et radicale du plaisir. Indispensable.

Extrait d’Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Arielle Dombasle : “Je me sens protégée derrière mes looks” (Madame Figaro)

Arielle Dombasle bouscule son image et se transforme en skater pour Madame Figaro !

“Je me sens protégée derrière mes looks !”

Arielle Dombasle.

Pourquoi avoir choisi ce look ?

« Pour jouer le jeu, aller à l’opposé de mon image “princesse” avec cette allure de skateuse, un sport que j’aime beaucoup, mais que je ne pratique pas. Je trouvais cela fun. Je suis sûre que je ne resterais pas trente secondes sur le skateboard ! »

Quelle est la définition de votre style ?

« L’homme que j’aime n’apprécie pas trop quand je suis habillée en ballerine ou en patineuse, comme il dit. Je m’aperçois que j’arbore pourtant bien souvent ce genre de looks. Excentriques. Je crois que les hommes préfèrent un style sobre, élégant, genre tailleur strict, la discrétion en somme. Moi, je me sens protégée derrière mes looks. Le noir comme un bouclier, et souvent un petit col blanc d’écolière qui traverse les années. »

L’habit fait-il le moine ?

« Non, car il me semble que l’un des principes du féminin, c’est de se dérober, se cacher, se travestir, ne pas être révélée d’un coup d’œil, jouer avec les apparences trompeuses. Et puis surtout se divertir avec les manières de se vêtir. Comme nous toutes, non ? »

Découvrez les coulisses de la séance photo pour Madame Figaro :

Retrouvez Arielle Dombasle aux côtés de Zahia Dehar, Marina Hands, Zabou Breitman, ou encore Nora Hamzawi cette semaine dans Madame Figaro.

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle avec Nicolas Ker, est déjà disponible.

Arielle Dombasle et Nicolas Ker seront en concert le 17 septembre à La Maroquinerie, à Paris, avant une tournée dans toute la France.

Arielle Dombasle en couverture de Télé 7 Jours

Dès aujourd’hui en kiosque, retrouvez Arielle Dombasle en couverture de Télé 7 Jours (semaine du 8 au 14 août 2020).

Arielle Dombasle en couverture de Télé 7 Jours

Arielle Dombasle là où on ne l’attend pas. Qu’elle soit à l’affiche d’un unitaire pour TF1, sur scène pour une série de concerts ou sur le terrain pour protéger la nature, Arielle Dombasle ne finit jamais de nous surprendre… et elle est toujours au bon endroit ! Rencontre.  

Arielle Dombasle en couverture de Télé 7 Jours
Interview d'Arielle Dombasle dans Télé 7 Jours
Interview d'Arielle Dombasle dans Télé 7 Jours
Interview d'Arielle Dombasle dans Télé 7 Jours

Coup de Foudre à l’Île Maurice, diffusion à la rentrée sur TF1.

Pochette de l'album Empire d'Arielle Dombasle et Nicolas Ker

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker est déjà disponible !

Faites un geste simple : ramassez le plastique, #PickUpThePlastic !
Et postez votre geste en héros moderne qui sauve la planète ! #PickUpThePlastic

Les vacances qui ont changé ma vie (Le Figaro Magazine)

C’est un voyage dans la jungle mexicaine,sur le site maya de Tikal, où elle accompagnait son père archéologue, qui a donné à Arielle Dombasle le courage et l’envie de quitter les sentiers battus.

Elle n’était alors qu’une petite fille de bonne famille. Une Franco-Américaine installée au Mexique depuis que son grand-père, ambassadeur de France là-bas, avait transmis sa passion du pays à son père. Fou d’archéologie, ce dernier avait pris l’habitude d’embarquer avec lui ses deux enfants lors de ses expéditions pour forger leur caractère et développer leur curiosité. « Il y avait un côté «À la poursuite du diamant vert» à suivre, sur les sentiers cachés, ce groupe d’archéologues et de guides indiens. Ces expéditions étaient toujours aventureuses, extraordinairement intenses car nous découvrions des temples de civilisations précolombiennes qui n’étaient pas encore tout à fait connues ni explorées. C’était comme si, tout à coup, surgissaient de la jungle des pyramides, des bâtiments funéraires, des villes ensevelies qui étaient soudainement remises dans la lumière. C’était surréel! »

Mais celle à laquelle participa Arielle Dombasle à 10 ans pour découvrir le temple maya – encore peu exploré – de Tikal fut déterminante et le voyage initiatique pour plusieurs raisons. C’est, d’abord, lors de ce périple que la jeune Arielle apprit le courage. « Mon père tenait absolument à ce que je ne sois pas une petite blonde chétive et craintive, mais une vraie combattante. Ce voyage m’a appris à surmonter mes peurs, car la jungle, avec ses serpents et ses insectes affreux, terrifiait la fillette que j’étais. Je me souviendrai toujours d’une grotte dans laquelle, en entrant, nous avons fait fuir des milliers de chauves-souris qui frôlaient nos têtes en poussant des petits cris aigus fuyant vers l’extérieur. »

Par ailleurs, c’est au Mexique que la future artiste fut sensible, pour la première fois, aux merveilles de la nature. « J’ai découvert ce qu’il y a de plus beau au monde : le soleil se levant en même temps que toutes les créatures de la jungle sous le chant des oiseaux ou l’eau cristalline que l’on trouve dans les cénotes, ces cavités profondes, ces sources que les Mayas ont consolidées avant d’en faire des lieux sacrés par une succession de rituels mystérieux. » En plus d’être vécue comme un éblouissement (une qualité qu’elle saura garder toute sa vie), cette expédition a attisé son goût du mystérieux et de l’impénétrable. « Pour moi, c’était un peu comme l’Atlantide : marcher sur les traces d’une civilisation disparue. » Depuis, Arielle Dombasle l’avoue volontiers : même s’ils apportent tous quelque chose d’indéfinissable et de riche, elle aime l’idée qu’un voyage soit propice à la découverte de quelque chose d’extraordinaire. Mais si celui-ci a été fondateur, c’est parce qu’il lui inspira l’idée que pour s’ouvrir correctement au monde, il faut d’abord aller à la conquête de soi afin de déceler ses propres forces et ne pas avoir peur d’explorer.

« Dans le travail, j’aime prendre des risques et sortir des sentiers battus pour essayer d’échapper à toute forme de facilité ou de conformisme. » De quoi bâtir une carrière unique. Comédienne révélée par Éric Rohmer, meneuse de revue au Crazy Horse et à l’Opéra-Comique, muse, réalisatrice (Opium en 2013, Alien Crystal Palace en 2018), Arielle Dombasle est aussi une chanteuse audacieuse et inspirée qui vient de signer sa troisième collaboration avec le rockeur Nicolas Ker : un album, Empire, qu’elle voit comme « une invitation à repenser la réalité telle que nous la percevons à travers un condensé de rock aux accents gothiques » et une occasion d’affirmer son engagement pour l’écologie. Comme une nouvelle preuve que ce voyage aura fait d’elle une artiste polymorphe et accomplie, qui s’affranchit systématiquement des catégories qu’on essaie de lui imposer.

Empire, d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker (Barclay/Universal).

En concert à La Maroquinerie, Paris 20e, le 17 septembre.

L’Empire d’Arielle Dombasle (Nice Matin)

Après La Rivière Atlantique, Arielle Dombasle et Nicolas Ker poursuivent leurs manifestes esthétiques avec Empire. Un nouvel opus entre ombres et lumière, raffiné, porté par ce duo incandescent et plus que jamais dans le flow.

Rendez-vous est pris à La Colombe d’or (où une salade porte son nom !), lieu mythique et lié à sa légendaire histoire avec BHL, à Saint-Paul-de-Vence. Elle fait irruption dans le bar, longue liane toute de corail vêtue. Aussi gracieuse que dans le clip de We Bleed for the Ocean, l’un des titres de l’album Empire, où elle apparaît en sirène prise au piège dans les déchets plastique.

Un film réalisé par Arielle Dombasle elle-même, dans le cadre de la campagne #JeSauveUneSirène, Pick up the Plastic !, en soutien avec la Fondation Nicolas Hulot. Ce qui n’empêche pas Arielle, créature polymorphe, de se transformer en mannequin de celluloïd dans un autre clip, celui de Humble Guy.

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Arielle Dombasle et Nicolas Ker seront en concert à La Maroquinerie le 17 septembre ! Cliquez ici pour réserver vos place !

Une promenade avec Arielle Dombasle (Le Monde)

Se promener dans Paris avec Arielle Dombasle, c’est plonger dans le monde imaginaire d’une fausse Barbie post-punk de bonne famille qui, depuis qu’en 1976 elle a revêtu la robe de Blanchefleur dans Perceval le Gallois, d’Eric Rohmer, est devenue à tout jamais la « pucelle blonde aux yeux bien fendus… » que réclamait le rôle. Elle s’en amuse : « Ce sont les mots mêmes de Chrétien de Troyes» N’était-elle pas dans le personnage depuis toujours ? Depuis qu’enfant sa grand-mère écrivait pour elle et son frère Gilbert mille aventures dont ils étaient les héros. Elle était Titania, il était Oberon. On ne quitte pas le monde du conte comme on veut.

Titania donc, la fée des bois, Arielle Sonnery pour l’état civil, Arielle Dombasle pour la postérité. Un elfe de 47 kg, six décennies au compteur, coquette en tout, sur son âge comme sur le reste (« J’aurais sans doute aimé être la Belle au bois dormant… J’aime l’idée d’être réveillée par un baiser. »), l’air épuisé sous le maquillage – mais qui ne le serait avec cette chaleur ? –, nous emmène à travers les rues de Saint-Germain-des-Prés. « Je me sens étrangère partout. Ça libère. »

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Arielle Dombasle et Nicolas Ker seront en concert à La Maroquinerie le 17 septembre ! Cliquez ici pour réserver vos place !

L’interview “comme un garçon” (Je Suis Musique)

L’une est blonde, solaire et pleine de vie, l’autre brun, ténébreux et autodestructeur. Aussi vrai que les contraires s’attirent, Arielle Dombasle et Nicolas Ker, le chanteur de Poni Hoax, étaient faits pour se rencontrer. A l’occasion de la naissance de leur deuxième album ensemble, « Empire », un disque addictif et envoûtant, qui flirte avec une noirceur néo-romantique et un Glam Rock hérités des années 80, sans pour autant sacrifier sa modernité futuriste, nous avons croisé la route de la sirène et de son dark mentor. Quittant les néons criards et les habits sexy de poupée gonflable arborés pour les besoins du clip « Humble Guy », Arielle s’est prêtée au jeu de l’interview « Comme un garçon », sous le regard amusé, silencieux et désabusé de Nicolas… Un grand moment !

– Arielle, étiez-vous « Garçon manqué » (La Maison Tellier) dans votre enfance ?

Arielle : Certes, j’étais bien obligée, notamment dans un pays extrêmement aventureux, le Mexique, avec un père qui ne voulait pas d’une petite blonde chétive, mais d’un petit soldat conquérant dans la jungle, les rivières, les volcans, les océans : je suis devenue une vraie casse-cou.   

– Jouiez-vous plutôt à « Toi le Cowboy, moi l’indien » (Zazie) ou « Barbie, tu pleures » (Lio) ?

« Barbie, tu pleures » de Lio, parce que depuis ma toute petite enfance, on me comparait toujours à la poupée Barbie : elle fut un idéal. Je la changeais 20 fois par jour, je lui coupais les cheveux et je l’emportais avec moi sous la mer.  

– Vous arrive-t-il de vous dire «Si j’étais un homme… » (Diane Tell) dans votre métier de chanteuse ? Dans quelles circonstances ?

Dans des circonstances énervantes, quand il y a des problèmes techniques et que j’aimerais me transformer en Cassius Clay aux muscles rutilants.

– Si vous étiez un homme justement, quel chanteur français serait votre modèle ?

Nicolas Ker . 

– Quel chanteur international ?

Nicolas Ker.  


– Feriez-vous un style de musique différent ?

Un style probablement pas, mais je m’incarnerais différemment c’est sûr. 

– Dans les 60’s, auriez-vous été davantage séduit par la sexy Sylvie (comme Johnny), ou la cérébrale Françoise (comme Jacques) ? 

Toutes les deux, assurément.

– Avec quelle chanteuse aimeriez-vous enregistrer un duo d’amour sulfureux comme «Je t’aime moi non plus » (Gainsbourg / Birkin) ?

Adèle, elle est si mignonne.  

– Dans la peau de Gainsbourg, quelle(s) actrice(s) actuelle(s) aimeriez-vous faire chanter ?

Lou de Laâge

 – Toujours dans la peau d’un homme, accepteriez-vous de vous déguiser en femme pour les besoins d’une pochette comme Gainsbarre sur « Love on The Beat » sans craindre pour votre image publique ?

Évidemment, j’adore les métamorphoses et les trans sont aujourd’hui les plus spectaculaires représentants de la culture Pop : je les adore !

– Si vous deviez faire une reprise jouant sur l’androgynie aujourd’hui, plutôt « Comme un garçon » (Sylvie Vartan) ou « Sans contrefaçon » (Mylène Farmer) ?

Idem, un peu des deux.

– Et dans la peau d’un séducteur, plutôt « Femme des années 80 » (Michel Sardou) ou « Femmes, femmes, femmes » (Serge Lama) ?

« Et Dieu créa la femme », Bardot, coquillages et crustacés… 

– Plutôt « Un homme heureux » (William Sheller) ou « Un homme debout » (Claudio Capéo) ?

Plutôt un homme malheureux couché…

– Au registre gay friendly, plutôt « Comme ils disent » (Charles Aznavour) ou « Kid » (Eddy de Pretto) ?

Eddy de Pretto, je suis great fan.

– Si vous deviez chanter « Je suis un homme », ce serait la chanson de Polnareff ou celle éponyme de Zazie ?

Je chanterais je suis un homme, je suis une femme… j’hésite.

– Quelles devraient être les qualités de la femme idéale ? Plutôt « je serai douce » (Barbara) ou « Libertine » (Mylène Farmer) ?

Idem, les deux à la fois, douce et libertine.

– Quel type de femme n’aurait aucune chance de vous séduire ?

Une femme qui serait un gros mammouth, velue et sans aucune qualité féminine.

– Accepteriez-vous d’être un homme au foyer, si votre compagne était artiste, par exemple ?

Au foyer ? Certainement, dans un lit avec elle.

– Epouseriez-vous sans problème une femme de 20 ans votre cadette, comme beaucoup de Rockstars ?

 Évidemment, no problem what so ever.

– Et de 20 ans votre aînée ?

No problem what so ever.

Arielle Dombasle & Nicolas Ker par Charlélie Marangé

– Quelle est, selon vous, la plus belle déclaration d’amour, jamais chantée par un homme ?

« Twin Kingdom Valley ».

– Quelle chanson d’homme est « la chanson de votre vie » ?

« Stop in the name of love » de Diana Ross.

– Celle que vous trouvez inchantable par une femme ?

« (I can’t get no) Satisfaction », The Rolling Stones.

– Question subsidiaire : dans la peau d’un garçon, que diriez-vous à Arielle, pour la séduire ?

For ever yours…

Nicolas : Et c’est en cela que vous êtes une femme…  

Propos recueillis par Eric Chemouny

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Arielle Dombasle et Nicolas Ker seront en concert à La Maroquinerie le 17 septembre ! Cliquez ici pour réserver vos place !

La malle aux trésors d’Arielle Dombasle (Gala)

Il y a du fantastique en elle. Et quand elle parle de son enfance, de son homme, de son univers, c’est toujours un voyage inattendu.

Pour quelqu’un qui hisse la liberté en vertu cardinale, le confinement fut un “enfermement”. L’éloignement et la méfiance vis-à-vis de ces autres qui lui sont si essentiels, une “dévastation”. Une cage, même dorée, reste une cage. Mais une fois la porte entrebâillée, Arielle s’est aussitôt faufilée avec cette allure évaporée qui n’est somme toute qu’une façon d’être au monde, une forme de politesse qui cache bien des fêlures…

Retrouvez l’interview d’Arielle Dombasle en intégralité dans le dernier numéro de Gala.

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Arielle Dombasle et Nicolas Ker seront en concert à La Maroquinerie le 17 septembre ! Cliquez ici pour réserver vos place !

Arielle Dombasle chante pour le Sidaction 2020

A l’occasion du Sidaction 2020 et pour soutenir la lute contre le VIH/sida, Arielle Dombasle a incarné Evita et interprété le titre “Don’t Cry for me Argentina”.

Une prestation à découvrir ci-dessous :

Il est interdit d’être vieux (Judaïques FM)

Emmanuel Aumonier reçoit Arielle Dombasle pour la sortie de son nouvel album Empire dans l’émission “Il est interdit d’être vieux” sur Judaïques FM.

Une émission à réécouter ci-dessous :

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Arielle Dombasle et Nicolas Ker seront en concert à La Maroquinerie le 17 septembre ! Cliquez ici pour réserver vos place !

Le chant envoûtant d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker (Le Point)

Le duo bizarre et fascinant est de retour avec un deuxième album rock et baroque captivant. Rencontre avec deux artistes, sans limites.

Arielle Dombasle & Nicolas Ker par Charlélie Marangé

En janvier, l’actrice et chanteuse Arielle Dombasle a fait le buzz en enfilant sa queue de poisson pour rejoindre quelques ensorceleuses au fond des mers et chanter « We Bleed for the Ocean », avant de périr étouffée avec de la Cellophane. Ce clip choc viral annonçait la sortie de son nouvel album Empire, écrit et composé avec Nicolas Ker, le chanteur sombre de Poni Hoax, sa nouvelle âme sœur musicale, avec qui elle avait déjà sorti un album punk rock (le duo en avait interprété un extrait sur le toit du Point Pop) et imaginé le film gothico-fantastique Alien Crystal Palace. Inspiré par Philip K. Dick, David Bowie, Jim Morrison et Nick Cave, cet opus est le produit d’une alliance bizarre rock et baroque. La production est fine, à la fois nostalgique et futuriste, avec des cordes qui font rêver, des guitares qui semblent résonner depuis les années 1970 et des beats néoélectroniques. La voix de Dombasle monte haut retrouver celle de Ker qui chute dans les graves, mariage poétique fragile, humain, émouvant. Leur Empire, c’est Malkuth, le monde matériel, « le stade ultime de la forme dense et palpable, le lieu où force et forme se dégradent et se rompent », explique Ker, poète maudit qui se noie dans l’alcool et l’autodestruction. Dans leur dernier clip, « Humble Guy », ils explorent ce concept à fond. Lors d’une déambulation nocturne de Nicolas, la peau d’Arielle se fait plastique, elle se transforme en poupée gonflable sexy. Captivant. Rencontre avec deux artistes, sans limites.

Le Point Pop : Enfant déjà, La Petite Sirène était votre conte préféré ?

Arielle Dombasle : C’est LE conte initiateur. Il fait beaucoup pleurer les petites filles, qui s’identifient toutes à elle. C’est une figure mythologique qui cristallise quelque chose de très fort, avec cette idée aussi que pour plaire aux êtres humains, et notamment aux hommes, il faut sortir de son règne pour aller dans un autre règne et en souffrir. C’est tellement beau.

Nicolas Ker : Les sirènes sont dangereuses. Dans L’Odyssée, le chant des sirènes pousse les hommes à la mort.

Quel chant vous fait cet effet ?

N. K. : « All Tomorrow’s Parties » du Velvet Underground est totalement hypnotique. J’ai l’impression qu’elle vient de l’antiquité sumérienne ! Une sorte de rituel de la lune.

A. D. : Le principe de la musique est un envoûtement extrêmement secret et mystérieux. Pourquoi une série de notes vous met dans un état d’aussi grande émotion et bouleversement ? Quand les gens pensent à leur existence, ils ont des moments musicaux en tête. La musique, comme dit Nietzsche, nous met au-dessus des êtres et nous pousse vers les cieux. Avec le chant, qui est par définition enchanteur, on arrive à toucher. C’est à la fois une plainte et une prière.

Nicolas Ker, votre premier album avec Arielle, La Rivière Atlantique, avait quelque chose d’océanique. L’eau est toujours un élément important dans l’atmosphère musicale que vous avez voulu créer dans Empire ?

N. K. : En général, les musiques me viennent entièrement dans la tête. Je ne les compose pas, elles tombent du ciel, entières. Arielle me donne une fréquence, par exemple balalaiki pour « We Bleed for the Ocean », et j’essaie de me brancher dessus. J’entends toutes les variations. Je me sens au service des chansons qui tiennent à naître, plutôt que leur artisan. Elles sont différentes de moi. C’est un processus assez mystérieux finalement.

Arielle Dombasle, si vous étiez un élément, ce serait l’eau ?

A. D. : Absolument. D’abord, on naît dans le liquide amniotique : notre première existence est totalement aquatique. Notre espèce serait peut-être même née dans l’eau d’après certains scientifiques, mais sans aller aussi loin (rires), j’ai grandi au Mexique, un pays bordé par l’Atlantique et le Pacifique, des rivières et des lacs. Très tôt, j’adorais l’eau et nager. J’ai même été championne de natation sur le dos au lycée. Si je mettais bout à bout tous les moments que j’ai passés dans l’eau, ce serait au moins 5 ans en continu. Je me suis aperçue de la transformation des lacs et océans ces 10 dernières années et j’ai voulu agir en faisant ce film et cette musique, utiliser la métaphore, pour sensibiliser les êtres à cet immense problème.

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Arielle Dombasle et Nicolas Ker seront en concert à La Maroquinerie le 17 septembre ! Cliquez ici pour réserver vos place !

Arielle Dombasle & Nicolas Ker dans Basique (France 2)

Pour Basique, sur France 2, Arielle Dombasle et Nicolas Ker parlent du jour de leur rencontre et de leur nouvel album Empire !

Le jour de leur rencontre :

Découvrez leur nouvel album Empire :

Découvrez les 3 bonnes raisons d’écouter Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et de Nicolas Ker :

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Arielle Dombasle et Nicolas Ker seront en concert à La Maroquinerie le 17 septembre ! Cliquez ici pour réserver vos place !

Arielle Dombasle dans Les Enfants de la Télé (France 2)

Dimanche dernier, Arielle Dombasle était l’invitée de Laurent Ruquier sur France 2 dans Les Enfants de la Télé pour la promotion d’Empire, son nouvel album en duo avec Nicolas Ker.

Une émission à revoir en intégralité sur le site de France 2 ou en cliquant ici.

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Arielle Dombasle et Nicolas Ker, “Empire” aux frontières pop (AFP)

Quand deux ovnis partagent un plan de vol: Arielle Dombasle et Nicolas Ker, ex-leader de Poni Hoax, conjuguent leurs voix et leur univers singulier sur un nouvel album, “Empire”, aux belles coutures pop.

Le dernier single, “Humble Guy”, aux ourlets seventies, est assorti d’un clip dans Pigalle la nuit, lui déambulant dans la rue et elle dans la vitrine d’un sex-shop où se reflètent des néons-paroles de la chanson.

Le making-of de la vidéo, réalisée pendant le confinement – dans une “configuration surréaliste, Dada, avec cette ville fermée” comme elle le dit – vaut le détour.

“J’ai fait visiter Pigalle à Arielle, elle était fascinée par les sex-shops, mais tout était fermé la nuit. Elle est revenue toute seule le lendemain”, raconte-t-il à l’AFP, aux côtés de la diva. Lui dans le canapé, elle assise sur la moquette d’un palace parisien, clin d’œil à un de leur titre, “Le Grand Hôtel”.

“Il y avait juste un vieux libidineux dans une échoppe de lingerie ouverte, décrit-elle. Heureusement il ne m’a pas reconnue (rires). Il me disait: “Tu t’appelles comment? Viens je vais te montrer les corsets” (rires). J’étais vraiment la seule cliente et ce type ne faisait que de me pincer le bras (rires). Je lui ai dit +je m’appelle Candy+ (rires)”. “Un vieux nom d’escorte !”, s’esclaffe-t-il.

“J’ai beaucoup désobéi”

“Il y avait ce vêtement en vitrine, avec ce mannequin qui me ressemblait, enchaîne-t-elle. Je voulais surtout l’étiquette du vêtement pour le clip, le type devait se demander “mais c’est quoi son trip?” (rires). Il était super bougon (rires). Bon finalement, il m’a jeté l’étiquette (rires)”.

Les deux artistes se vouvoient, alors qu’ils en sont à leur deuxième album et ont aussi un film en commun. Toujours aussi inclassables. “J’ai beaucoup désobéi pendant le confinement, je me suis promenée la nuit dans les parcs fermés”, lâche-t-elle. Et travailler en studio avec lui – survivant d’une existence totalement rock’n’roll – c’est comment? “Nicolas est défoncé ou “available” (disponible en anglais), rigole-t-elle. On fait avec”.

Leur association n’étonne pas Matthieu Culleron, auteur d’un fabuleux documentaire sur une tournée tout en excès de Poni Hoax, “Drunk In The House Of Lords”. “Leurs comportements ne sont pas en rapport avec les canons médiatiques. Mais ils partagent beaucoup de choses. Nicolas a ce côté punk, mais aussi ce côté cultivé, savant”, dépeint le journaliste pour l’AFP.

“Soyez dans le miroir”

A elle la mise en images, à lui texte et musique, ainsi que l’équilibre à trouver entre leurs voix. “Je ne voulais pas qu’Arielle sonne de façon lyrique, je lui disais: “vous poussez trop, soyez dans le miroir. Sauf pour le chant élisabéthain sur ‘A Simple Life'”.

L’album, sorti ce vendredi (chez Barclay/Universal), a de belles pièces dans sa collection, comme “Le Grand Hôtel” – la seule en français, les autres sont en anglais – et “Lost Little Street Girl”. “Une amie m’a dit +toutes les jeunes parisiennes peuvent se sentir concernées+, commente-t-il. C’est la magie de la pop, un texte universel. Mais en fait je parle de ma chatte, Mina, que j’avais recueillie dans la rue, elle léchait un pot de yaourt vide sous une voiture et le mec du kébab en face voulait la chasser (rires)”.

L’animal inspire deux autres morceaux, “The Palace Of The Virgin Queen” et “A Simple Life”. “Quand elle dormait trop, je lui mettais du metal, bon après elle venait me faire chier aussi”, conclut-il dans un grand rire.

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Arielle Dombasle et Nicolas Ker seront en concert à La Maroquinerie le 17 septembre ! Cliquez ici pour réserver vos place !

Rencontre avec Arielle Dombasle & Nicolas Ker (La Parisienne Life)

Rencontre avec Arielle Dombasle et Nicolas Ker pour la sortie de leur nouvel album Empire.

« Empire » est votre second album commun après « La Rivière Atlantique » paru en 2016, ce nouveau disque a-t-il été une évidence ?

Nicolas : Oui, plus ou moins même si à la base, je devais le faire seul. Je me souviens qu’à un moment, je n’arrivais plus à faire ce disque sur lequel je travaillais en même temps que « La Rivière Atlantique » et une fois cet album sorti, je me suis dit que j’allais demander à Arielle, que ça marcherait peut-être et ça a été le cas.

Comment voyez-vous cet empire qui donne son nom à votre nouveau disque ?

N : C’est notre vie commune envisagée comme un processus carcéral car nous sommes tous enfermés en prison. Si nous montons un peu au niveau de notre conscience, nous pouvons peut-être éviter l’enferment de notre corps mais pour l’instant, je ne vois personne y arriver vraiment.

Arielle : Et surtout pas Nicolas qui est sous l’empire des addictions. Son corps est une prison.

N : J’ai des fantasmes et des addictions qui font que je reste en empire car je suis encore puni.

Comment compareriez-vous les atmosphères de ces deux albums ?

N : Ces deux albums sont très différents. « La Rivière Atlantique » faisait référence à un passage de la vie d’Arielle.

A : Et ce disque était basé également sur l’idée d’une civilisation disparue ; l’Atlantide, de manière métaphorique ; et sur tous les courants de la mer qui nous mènent ainsi que sur les nouvelles vagues et sur les grandes forces à l’intérieur des océans comme ces fleuves qui continuent leur parcours à l’intérieur des grandes masses d’eau. Ce mouvement au milieu de l’eau est toujours assez magique. « La Rivière Atlantique » était donc très océanique alors qu’« Empire » est pour moi un empire très céleste même s’il est plus un enfermement dans le monde matériel et dans son corps pour Nicolas.

N : Pour moi, les arbres font vraiment partie de l’empire alors que cette rivière Atlantique était vraiment fait de vagues.

Musicalement parlant, « Empire » s’inscrit-il dans la lignée de son prédécesseur ?

N : Je ne trouve pas. Pour moi, « Empire » est plus sylphide, floral et féminin.

A : « The Palace Of The Virgin Queen » est une chanson proprement féminine même si Nicolas l’a écrit parce qu’il jouait avec sa chatte qui s’amusait à lui jouer des tours.

Ce nouveau disque a-t-il été pensé comme une « histoire » ?

N : Trois chansons se suivent et racontent la vie de ma chatte dans cet album. « Lost Little Street Girl » raconte comment j’ai trouvé ma chatte en train de lécher un pot de yaourt sur un camion sous la pluie et que je l’ai prise dans mes bras pour la sauver. Ensuite, elle n’est pas sortie de derrière le placard pendant trois jours. « The Palace Of The Virgin Queen » qui aborde le fait qu’elle était devenue la reine absolue de la maison. « A Simple Life » aborde son âge car elle avait 21 ans et je lui dis qu’elle a finalement vécu une vie simple.

: Une vie très simple auprès d’un rockeur qui lui met du Hard-Rock toute la journée. C’est une petite chatte qui a eu l’adoration de son maître et c’était l’inspiration secrète de ces trois morceaux.

Quels autres thèmes retrouvons-nous dans vos nouvelles chansons ?

: Outre la vie de Mina, cet album parle de l’empire de la survie car Nicolas a passé beaucoup de temps ces deux dernières années dans les hôpitaux dans des phases de rehab. Je trouve que c’est très beau de se dire que même dans un état tout à fait grave, on continue à être inspiré et à faire des choses.

N : Écrire, cela va toujours très vite mais ce disque a été très dur à composer. Les thèmes d’« Empire » sont assez épars. Comme j’étais à l’hôpital, j’ai regroupé beaucoup de chansons écrites pour certaines il y a 15 ans. Je vais faire un prochain album en français et là, pour le coup, le propos sera ultra clair. Il y aura un procédé narratif. Pour moi, « Empire » parle de tout.

« Just Come Back Alive » qui a été imaginé bien avant la sombre période que nous traversons tous actuellement a-t-il pris un autre sens pour vous ces derniers mois ?

: Beaucoup de personnes ont perçu ce titre comme un morceau prémonitoire.

N : En fait, je me disais que je faisais des conneries mais qu’il fallait au moins que j’en revienne vivant.

A : Dans ces temps où nous avons tous été inquiets pour le monde entier, où les gens mouraient globalement et simultanément, « Just Come Back Alive » a été la prière que nous avons tous fait secrètement pour les gens que l’on aime. Ne soyez pas emportés, pas cette fois.

: Personnellement, je vois toujours cette chanson comme quelque chose d’écrit à moi-même. Comme un mantra. Reviens juste vivant. C’était déjà comme cela à l’époque mais avec le Coronavirus, ça a rajouté une strate qui est intéressante. C’est une coïncidence saisissante. 

A : Comme Nicolas est un peu sorcier et un peu shaman, nous l’expliquons ainsi.

Au niveau de l’interprétation, comment chacun trouve-t-il sa place ?

N : C’est moi qui gueule ! Comme Gainsbourg avec Birkin.

A : Ce qu’aime Nicolas chez moi, ce n’est pas la chanteuse lyrique sauf pour les chœurs, il aime la chanteuse mezzo-voce.

« Empire » a quelque chose de très cinématographique ; Arielle réalisant également des clips et des films, avez-vous pensé à mettre tout ce disque en images en suivant un scénario ?

A : Oui, bien sûr.

N : Ça aurait même pu mieux marcher sur « La Rivière Atlantique » mais nous l’avons fait après avec « Alien Crystal Palace ». Pour « Empire », Arielle voit un clip par chanson. Elle y pense tout le temps à cette idée de film.

A : Un cosmos lié aux harmonies, à nos voix, à l’histoire inconsciente qui est dans chaque morceau.

N : Pour les clips, Arielle me demande encore plus de précisions sur ce que j’ai voulu dire et je n’aime pas donner des explications !

A : Pour le clip de « Humble Guy », il fallait que je cerne de quelle humilité Nicolas parlait car l’humilité est une vertu extraordinaire et je voulais être précise pour ne pas trahir l’essence même de cette chanson.

: Pour moi, ces humble guys sont les êtres politiques les plus humbles qui se sont faits éclatés à coups de dague. Je pense notamment à Mendès France, Delort, Rocard, Ayrault

Pouvez-vous nous en dire plus sur le bonus track « We Bleed For The Ocean » ?

A : « We Bleed For The Ocean » est un très beau titre composé par Nicolas et j’ai pris cet hymne océanique pour illustrer quelque chose qui me tient toujours très à cœur. Je suis quelqu’un de très écolo et de très sensible à toutes les créatures qui peuplent la planète depuis mon enfance au Mexique. Je ne supporte par la souffrance animale ni la laideur massacrante de l’espèce humaine envers toutes les autres créatures de la Terre. « We Bleed For The Ocean » est un morceau pour dire qu’il faut sauvegarder et rétablir tout l’écosystème des océans.

N : Au départ, j’avais écrit ce titre pour parler de la menstruation et pour parler plutôt de féminisme mais ensuite, Arielle a donné une autre dimension à cette chanson.

Qu’est-ce que chacun mettrait en avant chez l’autre ?

N & A : Tout !

A : Nous sommes des opposés mais nous créons un vrai magnétisme. Il y a une vraie altérité chez nous. C’est comme en musique, les contrepoints ; ce sont les notes en harmonique qui créent l’harmonie.

Seriez-vous déjà partants pour un troisième acte musical conjoint ?

N : Pour l’instant, j’aimerais faire un album tout seul en français mais nous sommes sur la piste d’un film.

A : Et ce film serait très musical.

N : Il y aura donc, de toute manière, une bande originale de ce film.

Malgré les incertitudes actuelles, pensez-vous quand même au live pour défendre « Empire » sur scène ?

N : Bien sûr ! Nous n’avons qu’à faire trois fois une salle de 500 plutôt qu’une fois une salle de 1500.

A : Nous allons commencer comme cela. Un concert à La Maroquinerie est prévu le 17 septembre.

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Arielle Dombasle et Nicolas Ker seront en concert à La Maroquinerie le 17 septembre ! Cliquez ici pour réserver vos place !

Arielle Dombasle dans Passage des Arts (France 5)

Comédienne, chanteuse, réalisatrice, Arielle Dombasle a plus d’une corde à son arc. Cette artiste allie la folie et la grâce, pouvant passer d’un film d’Yves Robert à un film populaire, d’une chanson lyrique à une chanson rock, sans perdre ce qui la caractérise. 

Elle revient pour une nouvelle collaboration avec l’un des derniers punks français Nicolas Ker pour l’album Empire, dans lequel ces deux ovnis de la musique mêlent culture et underground. 

Une émission à retrouver en intégralité sur le site de France Télévisions ou en cliquant ici.

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Arielle Dombasle et Nicolas Ker : « Notre duo, c’est de la nitroglycérine » (L’Obs)

Dans une suite grandiose, moulures, moquette et style napoléonien, les deux artistes ne mâchent pas leurs mots sur ce drôle de monde 2020.

« Grâce à l’enfermement, nous sommes au septième ciel avec un ciel tourmenté. Invisible, plus bas. » L’interview d’Arielle Dombasle vient tout juste de débuter et sa parole tend déjà vers une hauteur vertigineuse. Dans la suite Impériale de l’hôtel La Réserve (118 mètres carrés, 5 900 euros la nuit), elle est accompagnée du stratosphérique Nicolas Ker pour défendre leur second album en duo, « Empire », qui sort ce vendredi 19 juin chez Barclay.

Un disque diaphane, comme les rayons qui transpercent le salon napoléonien avec vue sur la tour Eiffel et le Grand Palais lors de cet entretien à deux pas des Champs-Elysées, à Paris. Ces musiques sont bercées d’une production orchestrale et organique et, contre toute attente, après les nombreuses interrogations suscitées en 2016 face à la réunion de ces deux opposés pour l’album « la Rivière Atlantique », cela fonctionne. Quelques semaines après le confinement, qui nous a (chanceusement ?) poussé à se retrouver dans ce décor démesuré, les deux âmes se livrent, sans limite.

Nicolas Ker, pour évoquer, outre la musique, sa tendance à s’autodétruire, l’assassinat devant ses yeux de sa famille par les Khmers rouges, mais aussi son dégoût chaotique pour l’être humain. Arielle Dombasle est, elle, en apesanteur pour évoquer la révolution de notre époque, l’écologie, les arts ou la mythologie grecque. L’occasion, évidemment, de parler de politique. Ils ne partagent pas tout, mais sont, au final, d’accord sur tout. Ces deux fragiles se complètent comme « les notes enharmoniques qui créent l’harmonie ». Entretien croisé.

En 2016, beaucoup disaient de votre union musicale qu’elle était un « coup de com ». On vous comparait même à « la Belle et la Bête ». Avec « Empire », sorti ce vendredi 19 juin, cela ne fait plus aucun doute : vous vous comprenez vraiment musicalement.

Nicolas Ker. Merci. Personnellement, j’aime autant le deuxième album que le premier. Il n’y a jamais eu quelque chose de marketing entre nous. A la base, nous étions des amis. Jamais Arielle ne m’a dit : « On fait un album ensemble ou autre. » Ce n’est pas du tout comme ça que cela s’est passé. Cela s’est fait naturellement.

Arielle Dombasle. On a commencé, il y a six ans, pour accoucher en 2016 de « la Rivière Atlantique ». On a aussi fait beaucoup d’images. Un film dont il a composé la musique, « Alien Crystal Palace ». Nicolas a aussi composé de la musique pour des films dans lesquels je jouais. Et puis ce deuxième album. Là, on a été peut-être dans des conditions un peu plus optimisées puisqu’on avait un vrai studio et que c’était produit par Barclay. Cela a peut-être changé la donne à ce niveau. On avait plus de temps en studio et on a eu plus d’aisance. La première fois, nous étions produits par la Pan European Recording, qui est le meilleur producteur mais très underground.

Cette aisance à jouer ensemble a-t-elle fait sonner cet album différemment ? « Empire » est finalement plus orchestral dans sa production, avec un mixage dissout ?

N.K. Je ne pense pas. C’est l’invention de base de toutes les compositions qui le rendent comme ça. En fait, « Empire », cela devait être juste mon album solo. J’étais en train de bosser dessus pendant « la Rivière Atlantique ». Et j’ai basculé dessus dès qu’on a fini notre premier album. J’ai eu l’idée de demander à Arielle de venir nous aider à désembourber ce projet. J’ai changé radicalement les choses à ce moment précis pour imaginer ce chapitre comme un duo. De toute façon, j’avais enregistré l’album et on m’avait perdu les premières bandes. C’était l’enfer.

A.D. Il y a eu plein d’accidents de création et de recherche. Et puis, on a beau avoir eu les merveilleux studios de Barclay, il y a eu aussi tous les studios pourris, entre nous et les musiciens. C’est comme ça que s’élabore la musique.

Quel serait, selon vous, le fil d’Ariane de ce second chapitre musical ?

N.K. Les hôpitaux. Ou, du moins, il a été composé entre mes nombreuses visites dans les hôpitaux, à cause de mes excès en tout genre. Ce sont ces allers-retours qui ont rythmé l’écriture et la composition. A l’hôpital, c’est horrible. On est attaché au lit, on ne peut pas fumer une clope, pisser tranquille…

A.D. La chanson « Just Come Back Alive » est par exemple très liée au fait que Nicolas est très souvent borderline, dans l’excès, entre la vie et la mort. C’est une position dans laquelle il se retrouve vraiment.

N.K. Je suis suspendu entre le ciel et la Terre. Voilà.

Tel un ange déchu…

N.K. Non, car l’ange déchu est sur Terre. En réalité, moi, je flotte entre ces deux mondes. « Empire », c’est la Terre finalement, la glaise, la matière. Pour moi, ce monde est une prison ordonnée. Pour Arielle, c’est différent, elle trouve cela très gracile. Moi, je suis dans un sable mouvant. Pendant qu’elle gambade sur la piste, avec les gazelles, à côté.

A.D. Sûrement quelque chose comme ça, Nicolas… Quand vous parlez d’« Empire », cela vient de Philip K. Dick [écrivain américain, l’un des auteurs de science-fiction les plus influents du XXe siècle, NDLR]. C’est assez ésotérique, métaphysique, dans sa forme. C’est ancré dans l’idée que le corps devient une prison, ou non. C’est une pensée très moderne.

Une idée très actuelle, en effet, avec le confinement que nous venons de vivre pendant plusieurs semaines en France.

A.D. Absolument… Les gens dans cette période, et pour beaucoup d’entre eux, sont entrés dans la tragédie pour la première fois. Ils ont pensé à la mort ou l’ont vécue. Tandis que pour Nicolas, c’est quelque chose qui lui est familier.

Tristement familier, même. Vous êtes né d’un père français et d’une mère cambodgienne. Vous aviez 4 ans lorsque votre famille maternelle a été exterminée devant vos yeux par les Khmers rouges qui débarquent à Phnom Penh. Est-ce quelque chose qui vous marque toujours au fer rouge aujourd’hui ?

N.K. Vous savez, j’ai perdu ma langue natale en une nuit. C’est quand même étonnant. Je ne m’en rends pas compte, mais je pense que je suis toujours en plein PTSD, syndrome de stress post-traumatique, vécu par certains soldats qui reviennent du front. Même si je le raye de mon moi intérieur, tout ça continue à jouer dans mon inconscient. C’est reptilien, en fait. C’est ce qui me donne ce côté autodestructeur, avec d’autres choses.

On pense souvent, dicté par les arts, la littérature, la musique et les génies qui les composent, qu’un côté autodestructeur devient romantique.

N.K. Non, non, non. Quand j’étais jeune, oui. Et c’est souvent le cas à l’adolescence. Mais plus à mon âge. L’alcoolisme n’a rien de romantique. Cela fait mal. Juste très mal. Ce n’est plus que de la souffrance et des hôpitaux. Je suis un poète maudit, mais après c’est cinq jours d’hôpital, avec des perfusions partout, à se pisser dessus, il n’y a rien de comique. Cela fait vingt-cinq ans que je pense à la mort tous les jours à cause de l’alcool et de mon alcoolisme. Quand on voit que même Mötley Crüe et les Guns N’Roses ont raccroché, c’est dire. Quand ils arrivent à mon âge, 49 ans, ils se calment car sinon ce n’est plus possible.

[Sans transition, des cafés arrivent pour Arielle Dombasle et moi. Un café calva pour Nicolas Ker.]

A.D. Voyez cette jolie employée, obligée de porter son masque en nous servant des cafés… C’est insupportable ! Je ne peux pas m’ôter de l’idée que ce sont des bâillons, comme une muselière. Le visage de l’autre est la chose la plus miraculeuse qui existe sur la Terre. On ne sait plus si les gens sourient. S’ils sont tristes ou au bord de la mort. On ne peut quand même pas tout dire par les yeux, ce n’est pas vrai. Je déteste cet hygiénisme.

Mais c’est indispensable en cette période Arielle… Est-ce que cela vous a permis d’expérimenter d’autres choses ? De réfléchir différemment ? Pas pour vous, Nicolas, puisque vous êtes une sorte de vampire vivant la nuit et déconnecté du temps depuis des années.

A.D. Non, pas du tout. Cela n’a pas changé un iota de ce que je suis. La seule chose, c’est que j’ai désobéi, une fois de plus, et je suis allée me promener à minuit dans un Paris vide. Je suis allée dans les parcs interdits, aussi, et voir Nicolas. C’est ce que j’ai obtenu au cours de mon existence : la liberté en guise d’extase.

J’ai passé ma vie à ouvrir la cage des oiseaux, à sortir des animaux qui étaient dans des cages, à faire en sorte que les animaux et l’animal humain soient libres. Je me suis engagée depuis toujours auprès d’associations comme PETA. Depuis que j’ai ouvert les yeux sur cette planète, je me suis sentie très proche du règne animal, très proche du règne végétal, très proche aussi des gens qui étaient autour de moi. Même si je me suis toujours sentie étrangère partout. Mais j’avais l’idée d’ouvrir les portes. Pour moi, l’enfermement est quelque chose d’archaïque et de barbare.

Nicolas, pensez-vous que cette époque soit propre à la révolution ?

N.K. Pas en Occident, car on se comporte plutôt bien. Les gens sont plutôt civilisés. Après, si vous voulez me parler d’écologie, par exemple, je m’en fous complètement.

C’était l’idée, oui…

N.K. Si l’être humain disparaît de la Terre, cela ne sera pas une grande perte. Voilà mon avis. Il ne faut pas oublier que nous sommes des singes débiles. Même sans nous, il y aura toujours des poissons, toujours des oiseaux, toujours des insectes… L’écologie ne doit pas être centrée sur l’homme. Il faut arrêter les délires. Il y a des millions d’espèces animales, il n’y a pas que l’homme que je sache ? Donc si l’homme disparaît, on s’en fout ! C’est un pet dans l’histoire.

La race humaine est une sorte de dictateur nul, le prédateur ultime. Il n’a aucun ennemi si ce n’est lui-même. Si l’humanité disparaît, ce n’est pas la fin du monde ! Au contraire les coraux se porteraient mieux. Nous ne sommes pas les flics de toute la planète. Et plus l’homme disparaît vite, plus je suis content.

A.D. J’entends ce que vous dites Nicolas, mais je ne vois pas les choses comme ça. Selon moi, c’est comme dans la mythologie grecque. C’est-à-dire Epiméthée qui crée tous les animaux de la Terre. Et Prométhée qui a donné à l’animal humain, le feu et les arts de la guerre. L’homme a commis et commet le péché de se croire immortel et de se croire supérieur à toutes les autres espèces. Mais je crois à la réparation de notre planète. L’être humain est une espèce de miracle, que vous l’aimiez ou pas.

Il y a pourtant des combats à mener en matière d’écologie, malgré votre vision chaotique Nicolas…

N.K. Ce qui me dégoûte ? Comment il se comporte avec ses semblables. Depuis que cette idée a germé dans le débat public, il pourrait, pour seul exemple, avoir mis en place le revenu universel. Quand on pense à toutes les ressources que nous avons à portée de main, grâce notamment à la robotisation, non, ils préfèrent continuer à se la jouer perso. C’est un être d’une mesquinerie et d’une veulerie sans nom.

La redistribution des richesses est donc centrale pour révolutionner notre modernité ?

A.D. Je le pense, oui ! Nous devons tendre vers le mieux.

N.K. Oui, mais pas à la manière des communistes. Car j’ai vu ce que cela a donné : mes parents se sont fait buter par Pol Pot. Le communisme, ça n’a jamais marché. Il y a toujours une classe dirigeante qui censure et qui fout les gens en taule. Après, quand on voit que 1 % de la population mondiale possède plus que les 99 % restants, c’est révoltant. C’est une connerie aberrante et ignoble. Je les vomis. Ni capitalisme, ni communisme.

Pour vous résumer finalement, Nicolas : « Homo homini lupus est » (« L’homme est un loup pour l’homme »). Ceci est également tristement vrai avec la mort de George Floyd, qui a ravivé depuis plusieurs semaines aux Etats-unis, mais aussi dans le monde, les débats sur le racisme.

N.K. Oui, comme vous le dites : aux Etats-Unis. C’est propre à eux. Ou en Amérique latine, avec les autochtones, les Incas. En France, nous n’avons pas le même genre de problèmes. Les théories d’Eric Zemmour, de Marion Maréchal, celle du « grand remplacement », ne font pas florès. La grande majorité des gens ne votera jamais pour quelqu’un qui pense comme ça.

A.D. Dans l’histoire du monde, il y a toujours eu les conquérants et les conquis. Il y a toujours eu la peur de l’étranger, la peur de ce qui ne vous ressemble pas et donc c’est un ennemi a priori. Je ne l’approuve pas du tout, bien au contraire, mais c’est ainsi.

Il est assez déstabilisant de voir à quel point votre amitié est dichotomique, à la manière du yin et du yang qui se complètent.

A.D. Notre duo, c’est de la nitroglycérine. Nous sommes les opposés qui s’attirent. Comme en musique, nous sommes les notes enharmoniques qui créent l’harmonie. Si nous sommes toujours sur les mêmes notes, cela ne marche pas. L’harmonie, c’est le contrepoint.

Revenons-en à la musique, en effet. Cet album « Empire » est quand même taillé pour le live. Pas vraiment la meilleure des périodes, je vous l’accorde, à cause du Covid-19. Comment allez-vous faire ?

N.K. Je n’y ai pas vraiment pensé, mais toutes ces chansons sont faites pour jouer en concert. Ce que je fais, c’est du rock’n’roll. Ce n’est pas de la musique d’avant-garde. Après, pour vous répondre : on jouera dans des petites salles et on commence notre vraie tournée dans des salles plus grandes en janvier.

A.D. Nous n’avons pas le choix. Nous avions des concerts prévus et tout est annulé. On a, par exemple, pris la Maroquinerie le 17 septembre 2020, alors qu’on sait très bien qu’on pourrait remplir la Cigale de Paris. On aime jouer, et le faire. Plutôt que de se dire qu’on pourra remplir un Zénith tranquille en 2022.

N’y a-t-il pas un certain ego trip à vouloir jouer devant le plus de monde possible quand on fait de la musique ?

N.K. Je m’en fous complètement. Je peux jouer devant deux personnes : du moment qu’elles sont contentes, je suis content.

A.D. Pareillement ! Du moment que notre musique les émeut, c’est l’essentiel.

Il faudra réinventer l’industrie musicale face à cette crise du Covid-19. Quels sont les défis à relever ?

N.K. L’industrie musicale est morte depuis longtemps. Parfois, je passe un an et demi sur un album et je touche 30 euros en retour. Plus personne n’achète de disques. Personne autour de moi ! Par contre, il y a des personnes salariées dans ce secteur qui vivent très bien de gens comme moi.

A.D. C’est vrai, Nicolas a fait des disques en solo admirables, et quelques fois il reçoit des chèques de 40 centimes en droits d’auteur. Et ce que vit Nicolas n’est pas un cas isolé. Loin de là.

La rafle du streaming, en quelque sorte…

N.K. Voilà ! Tout le monde écoute ce que je fais sur YouTube. J’obtiens 500 000 vues, gratuites. Mais personne n’achète mes disques. C’est ce qui fait vivre un musicien ! Par exemple, Deezer Premium, c’est un abonnement à 9,99 euros par mois qui donne accès selon eux à 56 millions de titres. Eux, ils ont tout mon catalogue. Et je touche exactement et officiellement 0,0035 centime par écoute. Et ça, c’est si j’ai tous les droits, c’est-à-dire que je suis auteur-compositeur-interprète… Il n’y a pas un problème sans déconner ? Deezer et les autres n’en ont rien à foutre de nous.

A.D. Les Gafa sont les nouveaux pouvoirs impérialistes, voilà. Le pouvoir absolu.

Propos recueillis par Julien Bouisset

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Arielle Dombasle et Nicolas Ker seront en concert à La Maroquinerie le 17 septembre ! Cliquez ici pour réserver vos place !

Le nouvel album “Empire” est déjà disponible !

Après avoir découvert le prophétique “Just Come Back Alive”, l’impérial “Grand Hôtel” et déambulé en compagnie de “Humble Guy”, Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, est désormais disponible en CD et en vinyle !

https://arielledombasle.lnk.to/Empire

Place à l’Empire rêvé d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker où les douze titres qui composent l’album forment un “bijou d’une beauté musicale évidente” (Laurent Goumarre, France Inter).

Just Come Back Alive (Clip officiel) :

Le Grand Hôtel (Clip officiel) :

Humble Guy (Clip officiel ) :

Twin Kingdom Valley (clip officiel) :

The Palace of the Virgin Queen (clip officiel) :

Desdemona (clip officiel) :

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Achetez l’album Empire sur Amazon maintenant !

Dans le prolongement du challenge #PickUpThePlastic lancé par Arielle Dombasle, un euro sera reversé à la fondation Nicolas Hulot pour tout achat de l’album Empire.

Arielle Dombasle & Nicolas Ker en couverture de Technikart

En juin, retrouvez Arielle Dombasle et Nicolas Ker en couverture du magazine Technikart !

Nicolas Ker et Arielle Dombasle, auteurs du somptueux Empire, vivaient déjà dans un espace-temps parallèle. Et si nous profitions de la promesse d’un monde nouveau pour les y rejoindre ? Rencontre lunaire.

On ne s’est pas embrassés, mais c’était tout comme. En retrouvant Arielle Dombasle et Nicolas Ker dans ce studio photos de la Mairie de Clichy à la mi-mai, ces derniers mois de mise à distance s’effacent d’un coup. En un bonjour chaleureux, c’est le retour à l’anormale. Les gestes barrières ? Très peux pour nous !
Le crooner post-apocalypse et la chanteuse lyrique sont là pour nous parler de leur nouvel album à deux. Première impression : en ayant traversé un Paris terrorisé par les mesures sanitaires, celle d’être en présence de deux dangereux punks. Tant mieux. Nous tentons de leur dire tout le bien que nous pensons de cet album, Empire, écouté en boucle ces dernières semaines. De ses orchestrations dignes du Ocean Rain d’Echo and the bunnymen. Du mariage de leur voix, par moments Cave et Kylie, par d’autres, Nancy and Lee. Un grand disque élégiaque venu à point nommé pour nous accompagner dans ces mois troubles. Mais nos deux étoiles ont d’autres priorités. À commencer par : comment faire pour cloper pendant son interview dans un monde sans terrasse ?

Ce confinement est mal tombé : vous deviez sortir Empire, vous répétiez pour le live…
Nicolas Ker : Avec notre groupe, où il y a Mark Kerr, Henri Graetz au violon et Arnaud Roulin aux claviers, ont fait un boucan incroyable ! On termine par une reprise du Velvet, « Sister Ray ». Ça dure quinze minutes : pendant cinq minutes, Arielle chante du Guillaume de Machaut par-dessus ; puis c’est dix minutes de noise et de disto… Le public d’Arielle, les gens qui ont entre 7 et 77 ans, ils sortent en disant : « Enfin on voit du rock’n’roll ! » Il ne faut pas oublier qu’ils ont connu les Doors, les Stooges… (Arielle et Nicolas allument des cigarettes.)

Pardon, on ne peut vraiment pas fumer ici…
Arielle Dombasle : Qui a dit ça ? Ne vous inquiétez pas : personne ne nous verra. Et si on nous surprend, dites que nous sommes des têtes brûlées – ça va bien avec la cigarette.

Aux Grosses Têtes, vous êtes entre têtes brûlées, non ?
NK : Hélas, Bénichou est mort !
AD : Il avait cet esprit fou, cette espèce de férocité, aucune forme d’autocensure, alors que tout est tellement censuré partout. Le politically correct a tout envahi.
NK : Le puritanisme a tout envahi, je le savais ! Dès que le porno est apparu sur internet, je le disais : dans cinq ans, il va y avoir un backlash… Le porno était tabou avant, c’était initiatique ; aujourd’hui tout est à disposition, sous la couverture du puritanisme.

C’est pareil pour la musique ?
NK : La musique maintenant c’est débile !
AD : Il n’y a plus que des fakes, Nicolas est le dernier des rockeurs.
NK : Je suis comme Sinatra ! Sinatra pleurait vraiment quand il chantait.

Avant toi, Nicolas, il y avait qui ? Daniel Darc ?
AD : Oui, Daniel Darc était le dernier, il incarnait vraiment sa musique, il n’y avait pas de pose.
NK : Il prenait ce qu’il disait au premier degré. Pas comme Christophe. Lui ne me comprenait pas. Il avait demandé ça à sa manageuse un jour, dans sa loge : « Qu’est-ce qu’on fait de Nicolas Ker ? »

N’est-ce pas une question que se posent beaucoup de gens quand tu es dans une loge ?
NK : Je ne vais pas dire du mal de Christophe, le pauvre, mais c’était un entertainer. Il a fait des grands disques, mais il ne croyait pas une seconde à ce qu’il chantait, alors que Sinatra lui y croyait.
AD : C’est pour ça qu’il provoquait l’hystérie : au cœur de ce timbre de velours, il y avait la vérité.
NK : Exactement ! Moi pareil : à l’époque de Poni Hoax, les premiers rangs étaient en larmes !

Un rockeur doit être un agneau sacrificiel ?
NK : Pas forcément. Mais il faut chercher en soi les ressources…
AD : Il faut être habité.
NK : Hanté !
AD : Habité corps et âme et sang.

Toi, Nicolas, tu as trouvé ça chez Arielle ?
NK : Elle est dans l’entertainment.
AD : Je suis plus a performer. J’ai une trajectoire plus classique : des heures et des heures de solfège et de travail sur la voix – la voix est comme un animal qu’on a et qu’il faut dresser.
NK : Vous avez trop fait de films, Arielle ! Vous êtes une actrice ! Je ne suis pas un acteur, moi. Je me fais seppuku sur scène.
AD : C’est pour ça qu’il est tout à fait un personnage de Mishima. Et puis il a cet excès dionysiaque.
NK : Pas tellement, Arielle…
AD : Quand même, si. Énormément. La moitié de l’album a été conçu dans les hôpitaux quand vous faisiez vos rehabs. L’hôpital est un de vos lieux.
NK : C’est insupportable, l’hôpital !

Retrouvez l’intégralité de l’interview d’Arielle Dombasle et de Nicolas Ker dans le nouveau numéro de Technikart (actuellement en kiosque) !

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, sort demain. Vous pouvez dès à présent le pré-commander en CD ou vinyle ou le pré-enregistrer sur toutes les plateformes d’écoute et de téléchargement :

https://arielledombasle.lnk.to/Empire

Découvrez aussi « Humble Guy », le troisième extrait de l’album Empire :

Arielle Dombasle et Nicolas Ker se déshabillent (Le Point)

En janvier, Arielle Dombasle a fait le buzz en enfilant sa queue de poisson pour rejoindre quelques ensorceleuses au fond des mers et chanter « We Bleed For The Ocean », avant de périr étouffée avec de la cellophane. Ce clip-choc, viral, annonçait la sortie de son nouvel album Empire, écrit et composé avec Nicolas Ker, le chanteur sombre de Poni Hoax, sa nouvelle âme sœur musicale, avec qui elle avait déjà sorti un album punk rock et imaginé le film gothico-fantastique Alien Crystal Palace.

Inspiré par Philip K. Dick, David Bowie, Jim Morrison et Nick Cave, cet album est le produit d’une alliance bizarre rock et baroque. L’Empire, c’est Malkuth, le monde matériel, « le stade ultime de la forme dense et palpable », « le lieu où force et forme se dégradent et se rompent », explique Ker. Dans leur dernier clip, « Humble Guy », ils explorent ce concept à fond. Lors d’une déambulation nocturne, la peau d’Arielle se fait plastique quand elle se transforme en poupée gonflable sexy. Captivant.

Empire (sortie le 19 juin chez Barclay / Universal)

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, sort le 19 juin prochain. Vous pouvez dès à présent le pré-commander en CD ou vinyle ou le pré-enregistrer sur toutes les plateformes d’écoute et de téléchargement :

https://arielledombasle.lnk.to/Empire