Mort de Nicolas Ker

Nicolas Ker died.
Nicolas is gone…
L’ange noir à la fureur de vivre.
Le dandy incandescent à la voix d’or, au rire dionysiaque, au cœur déchiré…
Nous te pleurerons toujours.

Arielle Dombasle.

Making of du clip “Deconstruction of the Bride”

Découvrez les coulisses de l’enregistrement puis celles du tournage du clip “Deconstruction of the Bride”, le nouveau single d’Arielle Dombasle et de Nicolas Ker.

Une union sacrée entre Arielle Dombasle et Lilian Rolin officiée par un prêtre incarné par Simon Liberati et menacée par un rôdeur, interprété par Nicolas Ker.
Une abbaye en ruines hantée par la présence de six funestes mariées.
Gothique, romantique et déjanté, “Deconstruction of the Bride” est le nouveau clip d’Arielle Dombasle et de Nicolas Ker.
Extrait de leur album “Empire”, déjà disponible.

Regardez “Deconstruction of the Bride”, le tout nouveau clip d’Arielle Dombasle et de Nicolas Ker :

Les Enfants de la Télé, la Suite (France 2)

Arielle Dombasle était l’invitée de Laurent Ruquier dans Les Enfants de la Télé, la Suite aux côté de Stéphane Plaza, Pablo Mira et Jeanfi Janssens.

Une émission à revoir en intégralité ci-dessous :

Retour sur des moments cultes de télévision et découverte du nouveau clip d’Arielle Dombasle et de Nicolas Ker, “Deconstruction of the Bride” extrait de leur album Empire :

Arielle et Nicolas : Unis pour l’Empire et le Meilleur (Paris Bazaar)

Résolument onirique, absolument unique, Empire est un album rare donc précieux. Fruit de la rencontre d’Arielle Dombasle avec Nicolas Ker. Deux artistes comme deux faces d’un même astre. Passionnants et tout à fait fascinants.

C’est d’abord le sourire d’Arielle, solaire, généreux et lumineux comme un premier jour de printemps. C’est ensuite le rire de Nicolas qui déchire la brume sombre d’où il émerge. Après ? Après, le temps ouvre de lui-même la parenthèse. Et c’est ainsi que débute la rencontre. D’emblée magique.

Paru en juin dernier, trois ans après La Rivière Atlantique, Empire est leur deuxième opus. On le découvre comme on découvre une île dont personne n’aurait encore foulé les rivages, un continent qui aurait échappé à tous les radars. Cet autre monde tout à la fois proche et loin du nôtre, Nicolas Ker en a dessiné la carte, Arielle Dombasle est venue l’habiter.

Les images dont elle a eu le désir depuis sont venues prolonger le voyage comme le récit. Huit petits films somptueux, sombres ou flamboyants, tournés malgré le grand enfermement auquel Arielle ne s’est jamais résolue. Autant d’invitations à les rejoindre tous les deux sur ces terres aussi belles qu’étranges.

Au premier temps de leur valse créative, il y a eu cette rencontre au Cirque d’Hiver en septembre 2014. Ce jour-là, sans qu’ils le sachent tous deux, le soleil avait rendez-vous avec la lune.

« Quand j’avais seize ansse souvient Nicolasj‘écoutais The Cure, Jesus and Mary Chain, le Velvet Underground et j’allais voir les films d’Arielle, ceux qu’elle tournait avec sa grande amie Virginie Thévenet et puis celui qu’elle avait réalisé, « les Pyramides Bleues » … Je formais mon goût, elle faisait partie de mon univers…

Au Cirque d’Hiver, les filles du Cabaret Burlesque avait organisé une sorte de spectacle. Poni Hoax était le backing band, donc on jouait pour tout le monde… Il y avait aussi Arthur H, Rossy de Palma, Tigerman, et Arielle…

Moi, le souvenir que j’en gardeajoute Ariellec‘est la voix… la voix de Nicolas. J’ai vu, j’ai entendu, et j’ai perçu la force magnétique de Poni Hoax… une force incroyable ! Et on a commencé avec Nicolas une conversation sur les écrits de Pasolini notamment… Et je me suis dit : « Comme c’est rare un musicien qui a comme ça une telle sensibilité, et un territoire de connaissance littéraire qui me correspond tellement ! » …

Moi, j’avais pas comprispoursuit NicolasEntre deux répétitions, on déjeunait au khebab avec le groupe. Arielle nous a rejoints, elle qui est végétarienne… Ça m’a semblé saugrenu (sourire)… Elle est venue s’asseoir à côté de moi, et on a parlé de plein de choses… Moi devant mon plateau de khebab, elle devant sa salade… (rires)…

Et sur le chemin du retour vers le studio Bleu où on répétait, j’ai percuté d’un coup : « Les Pyramides Bleues !! » … Je ne m’en étais pas rappelé ! Parce que pour moi, Arielle, à force, c’était devenu une figure télévisuelle… Et là, j’ai tilté, tout m’est revenu (sourire)… Voilà, c’était la première demi-heure de notre rencontre (sourire)…

Et ce qui était incroyableraconte Arielle,  c’est que je ne connaissais pas du tout les débuts de Pink Floyd, les Stooges, Joy Division, Morrissey… Toutes ces voix qui ont fait celle de Nicolas, et ça m’a ouvert une perspective de connaissances que j’avais à peine effleurées… 

Comme récemment, glisse Nicolasquand cette semaine je vous ai fait davantage découvrir Léonard Cohen…Ouipoursuit Arielle, je ne connaissais de Léonard Cohen que « Suzanne » ou « The Partisan », Nicolas m’a fait lire et découvrir sa poésie…

Donc, ce sont avec Nicolas des découvertes fondamentales… C’est comme une boule à facettes qui renvoie des éclats de lumière éblouissants… C’est une conversation qui continue toujours…

Et je pense que Nicolas est vraiment la personne qui connaît le mieux, à l’endroit comme à l’envers, aussi bien Bowie que Joy Division ou que… Ou que Philip K. Dick, ajoute Nicolaset la science-fiction que je vous ai fait découvrir, le cyber-punk, les jeux vidéos, des choses modernes…

On s’est d’ailleurs mis d’accord sur cette phrase de Rimbaud qui est impérissable : « Il faut absolument être moderne! » Évidemment, j’ai lu aussi Homère, Dante, Platon, les grands classiques mais il faut absolument être moderne !

Oui, souligne Arielle, il y a quelque chose du parcours initiatique… Et en même temps, elle a formé mes goûts quand j’avais seize ans, précise Nicolas, je n’imaginais même pas qu’un jour j’allais rencontrer Arielle Dombasle ou Virginie Thévenet… Je n’imaginais même pas que j’allais être musicien ou artiste. À l’époque, je faisais des études scientifiques… Oui, il a fait Maths Sup et après… il a bien tourné (rires)…

Il s’est tourné vers cet univers vraiment profondément rock, qui est cash… Ah oui, je m’étranglais avec mon micro dans des caves devant cinq pékins (rires)… Et je trouve formidable, poursuit Arielle, d’avoir cette vérité… On vit tellement dans un univers de fake, de faux-semblants…

Ces rockers qui se jettent sur un canapé en buvant une bière, en faisant semblant d’être dans la révolte, la douleur… C’est tout fake… Tandis que Nicolas, c’est vrai. Et c’est pour moi fondamental… Nicolas est une quintessence du rock… Et c’est ça qui est rare. »

Quand Arielle évoque l’écriture de Nicolas, elle parle de « versets » et de « psaumes » , parfois hermétiques avec, comme chez Léonard Cohen, un sous-texte » crypté, très beau et très évident » . Elle apparente son rôle à celui des moines copistes. Un travail d’enluminure dont elle a pensé chaque plan et chaque lumière, apportant à leur oeuvre commune son propre langage poétique, celui de la belle image qui fait sens.

Nicolas, qui connaît bien le visage de chacun de ses propres démons, confie la patience angélique dont Arielle n’a cessé de faire preuve à son égard. Il sait que tout le monde ne comprend pas les excès auxquels sa fragilité et ses blessures profondes parfois le mène. Il s’est vu quelques fois si bas.

« Ce qui s’est passé aussi pour « Empire », c’est que Nicolas a beaucoup écrit en étant à l’hôpital… Il était dans une phase d’auto-destruction dramatique… Je dis toujours qu’il est un « survivor » des rockers qui meurent à vingt-sept ans… Son histoire est celle des peintres et des poètes…

Et c’est vrai qu’à notre époque qui est très hygiéniste, qui est sur les rails du conformisme, c’est plus difficile… Mais moi, j’aime les poètes… J’aime, aussi bien en peinture qu’en littérature, le romantisme… J’aime la figure de Baudelaire, le club des Hashischins…

Et on a ensemble une même exigence… On n’essaye pas de se mettre sous la chape, sous la grande sourdine du conformisme… Nous sommes dans le romantisme dans le grand sens du mot… C’est Kleist et Novalis (sourire)… 

La musique de Nicolas, ce qu’il compose est pour moi très inspirant… Je crois que l’important dans l’existence, c’est l’inspiration et d’aller au bout, de rester fidèle à ce qu’on aime vraiment…

On est obligé de faire tellement de trucs où on se met au diapason du support, comme les émission de télé où on vous fait parler de n’importe quoi et on y va juste pour pouvoir mettre un tout petit peu d’éclairage sur ce qu’on fait vraiment… Mais il y a tellement de blabla et de fausses infos autour de l’oeuvre… »

Ce qu’a été jusqu’ici le chemin de l’une et de l’un, ce que sont leurs vies aujourd’hui encore les rendent tous deux absolument uniques et magnifiquement singuliers. Arielle Dombasle et Nicolas Ker demeurent définitivement deux étrangers. Ils habitent ici mais ils sont d’ailleurs. Tout à la fois « foreigners » et « strangers » comme le souligne Arielle.

Ce qui explique aussi la beauté et l’étrangeté émouvantes d’Empiredont les musiques, les chants et les images bougent nos lignes et bousculent allègrement les conventions comme les injonctions du moment.

D’ailleurs, d’hier, d’aujourd’hui et sans doute de demain aussi, Arielle et Nicolas ont ensemble inventé un monde. Savoir qu’ils existent réenchante le nôtre. Simplement. Résolument.

O.D

Empire, le deuxième album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, paru chez Barclay/Universal

L’interview “Guilty Pleasure” d’Arielle Dombasle (Le Bonbon)

Pour Le Bonbon, Arielle Dombasle se prête au jeu de l’interview “Guilty Pleasure”.

Découvrez le clip “Deconstruction of the Bride”, extrait de l’album Empire d’Arielle Dombasle et de Nicolas Ker !

“Deconstruction of the Bride”, le nouveau clip extrait de l’album Empire !

Six funestes mariées dans un cimetière. Simon Liberati en prêtre officiant une union à la fois sacrée et maudite. Une abbaye en ruines. Et un rôdeur…

Gothique, romantique, rock et déjanté, “Deconstruction of the Bride” est le nouveau clip extrait de l’album Empire d’Arielle Dombasle et de Nicolas Ker !

Découvrez le romantisme noir de “Deconstruction of the Bride”, le nouveau clip d’Arielle Dombasle & Nicolas Ker :

Empire, le dernier album d’Arielle Dombasle et de Nicolas Ker est disponible :

Arielle Dombasle dans Culturebox

Invitée par Daphné Bürki et Raphäl Yem, Arielle Dombasle est venue assurer la promotion de son album Empire (en duo avec Nicolas Ker). Elle a interprété, en solo, une version acoustique, à la fois incarnée et mélancolique, du titre “A Simple Life”.

Arielle Dombasle dans Culturebox

Regardez Arielle Dombasle interpréter le titre “A Simple Life” extrait de son album Empire (déjà disponible) :

La musique et le cinéma sont des arts collectifs !

Arielle Dombasle

De Maria Callas à Nicolas Ker, en passant par Julio Iglesias ou encore Gonzales et Philippe Katerine, Arielle Dombasle a évoqué ses rencontres et ses collaborations artistiques tout en mettant en lumière son engagement écologique pour inciter les gens à ramasser le plastique avant qu’il ne se retrouve dans les océans et n’altère tous les écosystèmes marins.

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker et déjà disponible !

Tout à gagner avec Arielle Dombasle ! (RTL)

Radioportation en 2004 en compagnie d’Arielle Dombasle. Cette rockeuse dans l’âme revient sur son album Amor Amor sorti cette année là.

Invitée de l’émission “Tout à gagner” sur RTL, Arielle Dombasle est revenue sur le succès de son album Amor Amor sorti en 2004. L’album de platine fait dès à présent son grand retour sur toutes les plateformes d’écoute et de téléchargement !

Réécoutez l’émission “Tout à gagner avec Arielle Dombasle” en intégralité ci-dessous :

Amor Amor est maintenant disponible sur Spotify !

Arielle Dombasle dans “Musique émoi” (France Musique)

Parmi toutes les facettes du chant et du jeu d’Arielle Dombasle, il y a la voix lyrique acquise à l’adolescence à Paris après des années de danse classique et une enfance au Mexique. Qui est le modèle absolu ? Maria Callas, bien évidemment, qu’elle a rencontrée chez elle…

Dimanche, Arielle Dombasle était l’invitée de Priscille Lafitte dans “Musique émoi” sur France Musique.

Une émission à réécouter en intégralité en cliquant ici !

Programmation musicale

Agustín Lara
Solamente una vez
(album Amor, Amor)
Arielle Dombasle, chant
CD Columbia

Caetano Veloso
Cucurrucucu paloma
Extrait de la B.O.F. « Parle avec elle » de Pedro Almodovar
Caetano Veloso, chant et guitare

Joaquin Rodrigo
Concerto d’Aranjuez (Allegro con spirito)
Alfonso Moreno, guitare
Orchestre Symphoique d’Etat du Mexique
Direction : Enrique Batiz
CD Regis

Piotr Ilitch Tchaïkovsky
Le Lac des Cygnes (Acte I n°2 : Valse)
Orchestre Philharmonique de Bergen
Direction : Neeme Järvi
CD Chandos

Giaccomo Rossini
La Pie voleuse (Sinfonia)
Orchestre du Théâtre de la Fenice
Direction : Giancarlo Andretta
CD Mondo Musica

Gabriel Fauré  
Requiem (Pie Jesu)
Agnès Mellon, soprano
Ensemble Musique oblique
Direction : Philippe Herreweghe
CD Harmonia Mundi

Traditionnel Catalan
El cant dels ocells
Victoria de Los Angeles, soprano
Geoffrey Parsons, piano
CD Brillant Classics

Extrait du film Perceval le Gallois d’Eric Rohmer.

Jean Sébastien Bach
Cantate BWV 78 « Wir eilen mit schwachen »
Arielle Dombasle, soprano
Octavian Loys, contre-ténor
Album Cantate 78
45T Carrere

Harold Arlen
Somewhere over the Rainbow (Le Magicien d’Oz)
Judy Garland, chant
Orchestre sous la direction d’Herbet Stothart
CD Prism Leisure Corporation

Giusepe Verdi
La Traviata, extraits de l’acte III :
« Teneste la promessa »
« Addio del passato »  
Maria Callas, soprano
Orchestre Symphonique National de la RAI de Turin
Direction : Gabriel Santini
CD Warner Classics

Georg Friedrich Haendel
Rejoice greatly o daughter of Sion d’après le Messie
Arielle Dombasle, chant
(Album Liberta)
CD Trema

Arielle Dombasle reine des chats (Nice Matin)

Gagnante de l’émission Les Reines du shopping, sur M6, le 8 janvier dernier, Arielle Dombasle s’est empressée de remettre son chèque de 10 000 euros au refuge dont elle est la marraine, Les chats de Stella, à Vence. Très engagée dans la protection de la nature et des espèces vivantes, Nous l’avons retrouvée.

Arielle Dombasle au refuge Les Chats de Stella à Vence

A l’image des petits félins dont elle est la bonne fée, Arielle Dombasle évolue avec grâce, démarche souple et aérienne, dans ce havre de dou-ceur qu’est le refuge Vençois. Distribuant caresses physiques et ver-bales aux pensionnaires à quatre pattes qui accourent vers elle de-puis leurs mini-chalets, l’égérie d’Eric Rhomer est dans son élé-ment. Pour elle, la cause était en-tendue : en cas de victoire, Les chats de Stella, le refuge cher à son cœur dont s’occupe Madame Hermann depuis 2013, en bénéficierait. Promesse et pari tenus !

Arielle Dombasle reine des chats

Quel souvenir gardez-vous des Reines du shopping ?

C’était archi sympathique, mais je ne l’aurais certainement pas fait s’il n’y avait pas eu à l’horizon l’idée de gagner pour mes chats de Stella. En général je ne suis pas très shopping, mais là j’ai été heureuse d’avoir été consacrée reine. Il y avait des jeunes femmes adorables, qui ont beaucoup de féminité, l’art de s’habiller et de de paraître. Mais c’est l’idée de l’association qui m’a électrisée pour gagner !

Entre ce refuge et vous, c’est une longue histoire d’amour ?

En effet, j’ai connu ce refuge il y a quinze ans, et j’ai tout de suite été séduite par le fait que les chats avaient la liberté d’un grand espace de jardin. Quand je suis arrivée ce lieu était très vétuste, j’ai tout de suite imaginé de donner un peu d’argent pour créer les petits chalets. Pour permettre à ces chats, souvent ramassés par la fourrière, de s’y abriter la nuit, en cas de froid. Ici ils sont soignés, stérilisés et nourris.

“Les confinements ont freiné les mouvements d’adoption”

En attendant leur adoption ?

Exactement. Le chat est un animal qui a besoin d’affection, tous ceux recueillis ici sont là pour être adoptés. Madame Hermann a su restructurer et organiser les choses. Car c’est très compliqué, les chats ne sont pas tous pareils, certains sont abandonnés, d’autres sauvés de maltraitances, d’autres encore sont des animaux errants. Tout a été structuré par territoires, avec d’un côté les nouveaux arrivants, les chats prêts à être adoptés, ceux qui doivent être stérilisés, la nurserie… Le but de ce refuge est de les sauver, de leur permettre d’avoir un foyer et de recueillir des dons, pour continuer faire vivre ce sas de luxe.

D’autant que depuis la crise sanitaire, le nombre de chats en détresse a explosé ?

Avant la pandémie, le nombre de pensionnaires était de 180 ou de 200. Maintenant ils sont 400 ! Il y a beaucoup d’abandons. Et les confinements successifs ont freiné les mouvements d’adoption.

Votre victoire est donc tombée à point nommé ?

Oui c’est merveilleux, mais c’est insuffisant ! Même si je sais que cette somme sera affectée à des investissements, notamment à la réparation des clôtures qui ont été endommagées par la tempête Alex. Je suis très heureuse aussi qu’Henry-Jean Servat ait pris la tête de la protection animale pour la région. Mais ma contribution est un bel éclairage pour que les gens sachent que ce refuge, qui est un petit royaume pour les chats, existe. Mais pour continuer d’exister, il a besoin de vos dons et surtout permettre l’ouverture des grilles de l’adoption.

A quand remonte cette passion que vous avez pour les chats ?

Je l’ai depuis toujours ! J’ai grandi au Mexique, qui était un pays très pauvre, où j’ai commencé à sauver des animaux dès l’âge de quatre ans. Toute petite, déjà, je ne supportais pas qu’on batte un âne, qu’on jette des pierres aux chiens, j’ai toujours été quelqu’un qui intervenait contre la cruauté.

Vous faites aussi partie de World Wide Protection ?

Oui, j’aime les espèces qui peuplent le monde, j’ai toujours milité pour la sauvegarde des espèces en voie de disparition. Et maintenant il y a le vrai combat sur la souffrance animale, L214 nous a ouvert les yeux ! L’idée que l’animal n’est pas un produit alimentaire n’est pas encore entrée dans les moeurs. Descartes disait lui-même “la sensibiliuté animal, c’est la sensibilité d’une pomme de terre“.

“Les chats sont des animaux merveilleux, j’en ai toujours eu”

Et cependant, de Colette à Shakespeare, nombre de personnalités vouaient un culte à ce petit félin ?

Oui c’est assez répandu heureusement chez les écrivains, les poètes, chez les gens sensibles. Baudelaire écrivait “Les amoureux fervents et les savants austères aiment pareillement le chat. Orgueil de la maison qui comme eux sont frileux et comme eux solitaires.” Ils prennent en songeant les nobles attitudes des grands sphynx oubliés au fond des latitudes. Les chats sont des animaux mystérieux, merveilleux…

Cet amour des animaux et de la nature rejoint votre vibrant plaidoyer pour la sauvegarde des océans dans votre projet musical avec Nicolas Ker, Empire ?

En effet à chaque achat d’un album Empire, un euro est reversé à la Fondation Nicolas Hulot pour la protection des océans. Cela inclut le fait de ne pas jeter de plastique. Cette matière nous rend des services incommensurables, mails elle est jetée avec mépris. C’est ce geste qui est responsable de toute la destruction de la biodiversité. D’où ma campagne Pick up the plastic. Restituer au monde son équilibre et sa beauté naturelle. “La beauté sauvera le monde” disait Dostoïevski. Et les chats ont une grande beauté.

Propos recueillis par Laurence Lucchesi.
Photos par Franz Chavaroche.

Arielle Dombasle dans “Le Grand Restaurant” sur M6

Hier soir, plus de 3 millions de téléspectateurs ont suivi Le Grand restaurant : réouverture après travaux sur M6, dix ans après les deux premiers volets !

Dans ce nouvel épisode, Arielle Dombasle et Julie Gayet ont été invitées par Pierre Palmade et Romuald Boulanger pour une scène hillarante disponible en replay sur le site de M6 en cliquant ici !

Alien Crystal Palace, le film culte, en DVD !

Dès sa sortie en 2019, Alien Crystal Palace entre directement dans le cercle fermé des films cultes ! Retrouvez-le dès a présent en DVD !

Un film réalisé par Arielle Dombasle avec Nicolas Ker, Asia Argento, Michel Fau, Christian Louboutin, Ali Mahdavi et Thaddaeus Ropac.

« Un objet étonnant. Une oeuvre déjà culte. »

Les Inrocks

« Une tragédie musicale, baroque et narcotique. Le film le plus psychédélique de ce nouveau millénaire »

Technikart

« Fantaisiste et obscur. Sauvagement cultivé. A voir comme une fête. »

Libération

« Dans cette recherche de la fantasmagorie, cet Alien est le plus perché. Et donc une petite merveille. »

Transfuge

Un savant manipulateur d’âmes tente de recréer le couple idéal selon le mythe d’Aristophane, celui de l’androgyne cherchant inlassablement sa part manquante, l’amour parfait. Il a repéré de nouveaux sujets pour son expérience : Dolorès Rivers, romantique cinéaste underground, et son miroir inversé, Nicolas Atlante, chanteur de rock fou et vénéneux. Le magnétisme opère, le diable s’en mêle, les crimes se succèdent…

Bonus :

Achetez Alien Crystal Palace en DVD en cliquant ici !

Arielle Dombasle offre 10 000 € aux Chats de Stella à Vence (Nice Matin)

Marraine de l’association de Vence depuis deux décennies, la star lui a attribué la somme couronnant sa victoire à l’émission les Reines du Shopping, avec Cristina Cordula sur M6.

Arielle Dombasle en 2001 au refuge Les Chats de Stella

« Un immense et chaleureux merci à Arielle Dombasle ! Grâce à sa victoire aux Reines du shopping vendredi soir, nous remportons la somme de 10 000 euros ! Nous ne savons comment la remercier, cela va être une immense bouffée d’oxygène pour les Chats de Stella… Merci d’avoir pensé à nous, et de nous avoir représentés lors de cette compétition ! »

Depuis la diffusion de l’émission vendredi, et la publication de la nouvelle sur le Facebook de l’association vençoise de sauvegarde animale, les commentaires enthousiastes s’accumulent.

La star, qui a remporté avec son look de sirène la compétition arbitrée par Cristina Cordula avec Lio, Sylvie Tellier entre autres, n’a pas oublié qu’elle était marraine des Chats de Stella depuis des années. À l’époque où, avec Bernard Henri Levy, elle avait une maison à Saint-Paul-de-Vence, où ils se sont d’ailleurs mariés en 1993.

« ELLE AVAIT ADOPTÉ UN CHAT CHEZ NOUS »

« Elle était venue avec sa belle fille Justine Levy, adopter un chat » se rappelle Jeannine Hermann, à la présidence de l’association depuis 2007.

« En octobre, la secrétaire d’Arielle Dombasle nous a avertis qu’elle allait concourir pour nous, puisque les candidates le faisaient pour soutenir une association de leur choix. »

QUELLE DESTINATION SERA DONNÉE À CE LEGS INESPÉRÉ ?

« Le conseil d’administration tranchera, je vais lui proposer de l’affecter en investissement plutôt qu’en fonctionnement, et à la mise aux normes de notre réseau d’assainissement, ou à la réfection des clôtures puisque le refuge accueille près de 400 chats libres pour la majeure partie, sur 1,5 hectare à Vosgelade. »

UNE ANNÉE DIFFICILE

Lors des premier et deuxième confinements, les adoptions se sont terriblement raréfiées, d’autant que le refuge n’a que très tardivement, au printemps, été autorisé à rouvrir.

S’y est ajoutée l’inondation lors de la tempête Alex, ce qui fait que les bénévoles n’ont pas chômé pour nettoyer et remettre en état les 25 chalets qui hébergent les matous.

Les familles adoptives peuvent se procurer un chat (ou chatte) vacciné, stérilisé – ou avec un bon pour le faire, suivant l’âge de l’animal – pour moins de 200 euros. Les adhésions sont aussi possibles pour soutenir l’action des chats de Stella.

Contact au 06.23.21.60.39. et sur Facebook, Refuge Gireau les chats de Stella.
https://leschatsdestella.org/

L’appel de 200 personnalités de la culture qui veulent se faire vacciner

À l’initiative du comédien et metteur en scène Stanislas Nordey, Gérard Jugnot, Nagui, Grand Corps Malade, Zabou Breitman, Arielle Dombasle entre autres se disent prêts à montrer l’exemple en se faisant vacciner, dans un appel publié le 7 janvier dans Le Parisien. Un «acte citoyen» pour essayer de «sortir de l’impasse».

« Il faut sortir de cette situation mortifère »

Arielle Dombasle.

« Les artistes sont dans un état de désespoir insupportable. Tout ce qui peut leur permettre d’exercer à nouveau leur métier est à faire. Les théâtres, les salles de concerts, de cinéma sont des endroits essentiels. Tout ce qui peut contribuer à leur réouverture est à prendre. C’est pour ça que j’ai signé. Pour essayer de débloquer cette situation mortifère. » Je crois que c’est une solution. Peut-être pas LA solution, mais c’en est une. On ne va certainement pas obliger les gens qui ne veulent pas être vaccinés à le faire. Rien n’est imposé. Chacun est libre de croire et de faire ce qu’il veut par rapport à sa santé. De vivre, d’agir et de mourir comme il lui plaît. Je comprends tout. Je n’ai pas à juger les gens qui ne veulent pas être vaccinés. Moi, je le ferai. En même temps, je laisserai la priorité aux gens plus fragiles que moi. J’ai une immunité formidable. »

Interviewée depuis le plateau de BFM Story, Arielle Dombasle a réitéré sa volonté de se faire vacciner contre la COVID-19 dès que possible pour aider à endiguer la pandémie qui touche le monde entier depuis près de un an et met à mal bon nombre de secteurs économiques dont celui de culture.

Arielle Dombasle : « Il y a chez Cristina Cordula quelque chose de tellement solaire et gracieux » (Ouest France)

M6 diffuse la deuxième édition des « Reines du shopping spéciale célébrités », au profit d’associations, dès le lundi 4 janvier à 17h30.

Cinq personnalités participent à l’émission de Cristina Cordula cette semaine : Sylvie Tellier, Carine Galli, Lio, Séverine Ferrer et Arielle Dombasle. Cette dernière défend Les Chats de Stella, une association qui a pour mission de sauver, soigner et accueillir les chats domestiques abandonnés. La chanteuse et comédienne – dont on verra le shopping jeudi 7 janvier – revient sur cette expérience.

Pourquoi avoir accepté de participer à ces Reines du shopping spécial célébrités ?

Avant tout, j’aime beaucoup Cristina Cordula. Nous nous connaissons des Grosses têtes. Nous sommes toutes les deux d’Amérique Latine. Il y a chez elle quelque chose de tellement solaire, généreux et gracieux. Au début, quand elle m’a proposé de participer à l’émission, je n’avais pas trop envie. Elle m’a convaincue avec l’idée que nous jouons pour une association. En ce qui me concerne, il s’agit des Chats de Stella. C’est un refuge pour chats abandonnés dans le midi de la France, un refuge où on soigne les animaux, où on les stérilise et où ils sont prêts à l’adoption.

Qui vous a accompagné pour ce shopping sur le thème : « Osez la couleur en hiver » ?

J’étais toute seule. Je pense que d’une manière générale, c’est mieux parce que, dans le cas contraire, on risque aussi de choisir les mauvaises choses pour faire plaisir à la personne qui vous accompagne. On est plus fort seule d’une certaine façon !

Quelle était l’ambiance entre participantes ?

Très gaie, enjouée ! Il n’y avait pas du tout de rivalités entre nous. C’était plutôt sous le signe de l’amusement, de la légèreté et de la drôlerie dans la compétition.

Appréhendiez-vous les commentaires de Cristina Cordula sur votre tenue ?

Cristina est quelqu’un de très savant. J’ai lu ses livres sur les looks, sur les styles. Elle n’est pas du tout une fashion-victim. C’est quelqu’un de très pointu sur la manière de s’habiller, ce qui vous va, les proportions, le style. Donc j’étais curieuse et heureuse d’avoir son avis.

De façon générale, quel est votre rapport à la mode ?

Quand on est actrice, c’est un peu différent. On est très souvent entre les mains de costumières, d’habilleuses. J’aime beaucoup cela. C’est un plaisir qu’on a quand on joue des rôles pour entrer dans des personnages. Puis j’ai de grands amis couturiers. J’ai eu la chance d’être habillée par des gens merveilleux comme Jean-Paul Gaultier, Yves Saint Laurent, ou John Galliano.

Est-ce que vous vous reconnaissez quelques fashions faux pas par le passé ?

Bien sûr ! Comme j’ai vécu dix-huit ans au Mexique, j’ai quelques fois des goûts très exotiques. Et le fashion faux pas, ça me connaît, absolument. On dit souvent que je suis habillée de façon un peu trop extravagante. Mais, généralement, on est plus indulgent avec les actrices !

Avez-vous des projets ?

Je continue à tourner les clips d’Empire (Barclay/Mercury, Universal), mon album avec Nicolas Ker. On avait évidemment des concerts, mais tout est en suspens…

Découvrez Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle en duo avec Nicolas Ker :

Inclus le titre “Just Come Back Alive” :

Arielle Dombasle dans “Les Reines du Shopping”

À partir du lundi 4 janvier et toute la semaine, retrouvez Arielle Dombasle, Sylvie Tellier, Lio, Séverine Ferrer et Carine Galli dans “Les Reines du Shopping” pour une semaine spéciale célébrités au profit d’associations !

Chacune des candidates jouant pour tenter de gagner 10 000 EUR au profit d’une association, Arielle Dombasle a choisi de représenter Le Refuge Gireau-Les Chats de Stella dont elle est la marraine historique.

Les Chats de Stella a pour mission de sauver, de soigner, d’accueillir les chats domestiques abandonnés et les chats errants.

Retrouvez “Les Reines du Shopping spéciale célébrités au profit d’associations”, présenté par Cristina Cordula, du lundi 4 janvier au vendredi 8 janvier à 17h30 sur M6.

Arielle Dombasle dans 300 Chœurs pour les Fêtes (France 3)

Dans “300 Chœurs pour les fêtes”, Arielle Dombasle et Vincent Niclo interprètent en duo le titre “Somethin’ Stupid” rendu célèbre par Frank et Nancy Sinatra en 1967.

Arielle Dombasle et Vincent Niclo dans 300 Chœurs pour les Fêtes

Un duo à découvrir ci-dessous :

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, est déjà disponible !

Cliquez ici pour le commander sur Amazon !

Les Grosses Têtes : plus on est de filles, plus on rit !

Deux équipes de cinq filles s’affrontent sur les questions habituelles, mais aussi au cours de jeux et happenings, en présence de quelques séducteurs : Amir, Florent Peyre, Harry Roselmack, Pablo Mira, et Patrick Bruel. La fin d’année approchant, une voyante est également présente, pour lire l’avenir des “Grosses Têtes”, et donner ses prévisions très attendues pour 2021.

Une émission à revoir en intégralité en cliquant ici !

Regardez le nouveau clip, “Desdemona” !

L’Empire d’Arielle Dombasle et de Nicolas Ker n’a pas de fin . Il se poursuit aujourd’hui avec “Desdemona”, un clip rock et baroque dans lequel amour et jalousie sont les maîtres mots.

Desdemona :

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Sortie du clip “The Palace of the Virgin Queen”

Après “Just Come Back Alive”, “Le Grand Hôtel”, “Humble Guy” et “Twin Kingdom Valley”, place à “The Palace of the Virgin Queen”, un mix extatique de pop (très 80s !), rock (glam) et d’électro.

C’est l’un des titres les plus débridés d’Empire, album unanimement salué en média comme l’un des plus surprenants et réussis d’une année où chacun est tenu de vivre, au mieux, en demi-teinte…

La chanson, comme l’album entier, évoque l’insoumission, la liberté sur fond de quête d’absolu, d’intensité. Une célébration disruptive et radicale du plaisir. Indispensable.

Extrait d’Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

La chanteuse iconique et le punk anachronique (Le Réveil Culturel)

Rencontre avec la comédienne et chanteuse Arielle Dombasle et l’auteur compositeur, Nicolas Ker, pour la sortie de leur album, Empire.

Tewfik Hakem s’entretient avec la comédienne et chanteuse Arielle Dombasle et l’auteur compositeur, chanteur, Nicolas Ker, à propos de la sortie de leur album, Empire (label Barclay-Mercury). Le duo était en concert, ce jeudi 17 septembre, à La Maroquinerie (à Paris).

Nicolas Ker

Le titre de l’album “Empire” a trait pour moi à Jim Morrison qui disait que notre réalité était un univers carcéral, et qu’il voulait en sortir. On s’est adapté l’un à l’autre, Arielle Dombasle et moi. Elle a une voix protéiforme. Je lui ai interdit d’utiliser sa voix de Conservatoire, pour utiliser plutôt une voix murmurée – une voix murmurée ou une voix de country.  C’est vrai que sur le chant, je n’écoute personne, je suis mon propre guide.

Arielle Dombasle

ll m’a dirigée, il voulait cette voix que j’avais. Ce qui s’est passé, c’est une inspiration de composition chez Nicolas, et l’idée aussi d’être accompagné de ses musiciens de toujours. “Le Grand Hôtel” est la seule chanson en français, le premier titre que Nicolas ait repris d’une chanson écrite jeune homme.

Nicolas Ker

J’ai eu du mal à faire ce disque, pour des problèmes de santé, avec des mois et des mois d’hospitalisation. Ça a été difficile. Aujourd’hui, j’ai l’impression d’être en convalescence, je recommence à vivre. En général, je tutoie les gens, c’est avec Arielle Dombasle que j’ai appris le vouvoiement.

Arielle Dombasle

Je viens d’une famille où l’on se vouvoyait. Le vous est une caresse, et tellement joli. 

” On a une voix, c’est comme des chevaux qu’il faut amadouer, et trouver les couleurs qui vont avec ” 

Je viens d’un parcours très classique avec le Conservatoire, où j’ai appris l’opéra, le bel Canto… Il y a une grande altérité entre Nicolas Ker et moi. Ce qui m’a attirée chez lui, c’est sa voix, bouleversante.  

Pour en savoir plus…

A voix nue, Arielle Dombasle, mai 2015

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker est déjà disponible !

Découvrez le clip de “Twin Kingdom Valley” !

Après “We Bleed for the Ocean”, “Just Come Back Alive”, “Le Grand Hôtel” et “Humble Guy”, découvrez “Twin Kingdom Valley”, le nouveau clip d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker.

Un clip réalisé par Arielle Dombasle, où la légende des sirènes rencontre l’une des plus belles ballades rock de la rentrée…

Extrait d’Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Arielle Dombasle et Nicolas Ker seront en concert le 17 septembre à La Maroquinerie ! Cliquez ici pour réserver vos places !

Arielle Dombasle dans Buzz TV (Le Figaro)

Invitée du “Buzz TV”, la comédienne endosse l’un des rôles principaux de Trop jeune pour moi, ce lundi 31 août sur TF1.

L’amour peut foudroyer deux êtres issus de générations différentes, et les envoyer tout droit sur le sentier du bonheur. TF1 a décidé de défendre cette théorie dans une fiction intitulée Trop jeune pour moi , ce lundi 31 août, en première partie de soirée.

Dans ce téléfilm, Hélène de Fougerolles interprète une femme de 45 ans qui décide de tout plaquer du jour au lendemain après avoir découvert l’infidélité de son époux. Elle s’envole pour l’île Maurice afin de se consoler dans les bras de sa mère, aussi exubérante qu’égoïste, campée par Arielle Dombasle. Très vite, la quadragénaire au cœur brisé croise par hasard la route d’un jeune homme qui a 20 ans de moins qu’elle. «Elle est malheureuse et se retrouve tentée par ce garçon qui joue de la guitare. Si la tentation est si vive, il faut oser et aller vers l’amour», plaide Arielle Dombasle.

«Je souffre beaucoup de cette situation, de cette peur qui s’est installée»

Arielle Dombasle.

Cette douce romance dépeinte dans la fiction reste pourtant la cible de préjugés dans la réalité. De nombreux couples célèbres et anonymes essuient régulièrement moqueries et remarques inélégantes en lien avec la différence d’âge des deux partenaires, à l’image du président de la République Emmanuel Macron et son épouse, Brigitte Macron. «J’ai toujours trouvé cela absolument odieux. Réduire les femmes à leur âge est la chose la plus misogyne qui existe sur la planète! Qu’est-ce que ça peut foutre?», se demande avec effarement Arielle Dombasle sur le plateau du «Buzz TV» (voir vidéo ci-dessous).

Cette désapprobation qu’expriment certains détracteurs contre ces couples exaspère autant la comédienne que la sévérité des règles sanitaires imposées par les pouvoirs publics. Obligée de porter un masque lorsqu’elle se déplace, de respecter des mesures de distanciation physique, elle éprouve de nombreuses difficultés à se fondre dans cette société actuellement imbibée de gel hydroalcoolique. «Les rapports sont devenus insupportables. Tous ces zombies, tous ces gens masqués et muselés, cette crainte qui a envahi la planète, c’est nouveau. Je souffre beaucoup de cette situation, de cette peur qui s’est installée. Et puis cet hygiénisme, avec tous ces gens qui se contredisent…», regrette Arielle Dombasle, qui maintient son concert du 17 septembre à la Maroquinerie, à Paris.

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, est déjà disponible !

Arielle Dombasle et Nicolas Ker seront en concert le 17 septembre prochain à la Maroquinerie !

“Trop jeune pour moi” ce soir sur TF1 !

A 21h05 sur TF1, retrouvez Arielle Dombasle aux côtés d’Hélène de Fougerolles, Loyan Pons de Vier, Marysol Fertard et Terence Telle dans Trop Jeune pour moi, réalisé par Jérémy Minui !

Doria, la quarantaine, sent sa vie lui échapper. Son mari la trompe, sa fille prend son indépendance et au travail rien de va plus. Sur un coup de tête, elle décide de partir pour quelques jours chez sa mère qui vit à l’Ile Maurice. Là-bas, elle rencontre Théo. Avec lui, Doria redécouvre la vie, la joie, l’amour. Il est beau, drôle, libre. Et il a 20 ans de moins qu’elle. Quand la vie nous donne une seconde chance, jusqu’où faut-il aller pour la saisir ?

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, est déjà disponible !

Arielle Dombasle et Nicolas Ker seront en concert le 17 septembre prochain à la Maroquinerie !

Arielle Dombasle : “Je me sens protégée derrière mes looks” (Madame Figaro)

Arielle Dombasle bouscule son image et se transforme en skater pour Madame Figaro !

“Je me sens protégée derrière mes looks !”

Arielle Dombasle.

Pourquoi avoir choisi ce look ?

« Pour jouer le jeu, aller à l’opposé de mon image “princesse” avec cette allure de skateuse, un sport que j’aime beaucoup, mais que je ne pratique pas. Je trouvais cela fun. Je suis sûre que je ne resterais pas trente secondes sur le skateboard ! »

Quelle est la définition de votre style ?

« L’homme que j’aime n’apprécie pas trop quand je suis habillée en ballerine ou en patineuse, comme il dit. Je m’aperçois que j’arbore pourtant bien souvent ce genre de looks. Excentriques. Je crois que les hommes préfèrent un style sobre, élégant, genre tailleur strict, la discrétion en somme. Moi, je me sens protégée derrière mes looks. Le noir comme un bouclier, et souvent un petit col blanc d’écolière qui traverse les années. »

L’habit fait-il le moine ?

« Non, car il me semble que l’un des principes du féminin, c’est de se dérober, se cacher, se travestir, ne pas être révélée d’un coup d’œil, jouer avec les apparences trompeuses. Et puis surtout se divertir avec les manières de se vêtir. Comme nous toutes, non ? »

Découvrez les coulisses de la séance photo pour Madame Figaro :

Retrouvez Arielle Dombasle aux côtés de Zahia Dehar, Marina Hands, Zabou Breitman, ou encore Nora Hamzawi cette semaine dans Madame Figaro.

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle avec Nicolas Ker, est déjà disponible.

Arielle Dombasle et Nicolas Ker seront en concert le 17 septembre à La Maroquinerie, à Paris, avant une tournée dans toute la France.

Arielle Dombasle en couverture de Télé 7 Jours

Dès aujourd’hui en kiosque, retrouvez Arielle Dombasle en couverture de Télé 7 Jours (semaine du 8 au 14 août 2020).

Arielle Dombasle en couverture de Télé 7 Jours

Arielle Dombasle là où on ne l’attend pas. Qu’elle soit à l’affiche d’un unitaire pour TF1, sur scène pour une série de concerts ou sur le terrain pour protéger la nature, Arielle Dombasle ne finit jamais de nous surprendre… et elle est toujours au bon endroit ! Rencontre.  

Arielle Dombasle en couverture de Télé 7 Jours
Interview d'Arielle Dombasle dans Télé 7 Jours
Interview d'Arielle Dombasle dans Télé 7 Jours
Interview d'Arielle Dombasle dans Télé 7 Jours

Coup de Foudre à l’Île Maurice, diffusion à la rentrée sur TF1.

Pochette de l'album Empire d'Arielle Dombasle et Nicolas Ker

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker est déjà disponible !

Faites un geste simple : ramassez le plastique, #PickUpThePlastic !
Et postez votre geste en héros moderne qui sauve la planète ! #PickUpThePlastic

Les vacances qui ont changé ma vie (Le Figaro Magazine)

C’est un voyage dans la jungle mexicaine,sur le site maya de Tikal, où elle accompagnait son père archéologue, qui a donné à Arielle Dombasle le courage et l’envie de quitter les sentiers battus.

Elle n’était alors qu’une petite fille de bonne famille. Une Franco-Américaine installée au Mexique depuis que son grand-père, ambassadeur de France là-bas, avait transmis sa passion du pays à son père. Fou d’archéologie, ce dernier avait pris l’habitude d’embarquer avec lui ses deux enfants lors de ses expéditions pour forger leur caractère et développer leur curiosité. « Il y avait un côté «À la poursuite du diamant vert» à suivre, sur les sentiers cachés, ce groupe d’archéologues et de guides indiens. Ces expéditions étaient toujours aventureuses, extraordinairement intenses car nous découvrions des temples de civilisations précolombiennes qui n’étaient pas encore tout à fait connues ni explorées. C’était comme si, tout à coup, surgissaient de la jungle des pyramides, des bâtiments funéraires, des villes ensevelies qui étaient soudainement remises dans la lumière. C’était surréel! »

Mais celle à laquelle participa Arielle Dombasle à 10 ans pour découvrir le temple maya – encore peu exploré – de Tikal fut déterminante et le voyage initiatique pour plusieurs raisons. C’est, d’abord, lors de ce périple que la jeune Arielle apprit le courage. « Mon père tenait absolument à ce que je ne sois pas une petite blonde chétive et craintive, mais une vraie combattante. Ce voyage m’a appris à surmonter mes peurs, car la jungle, avec ses serpents et ses insectes affreux, terrifiait la fillette que j’étais. Je me souviendrai toujours d’une grotte dans laquelle, en entrant, nous avons fait fuir des milliers de chauves-souris qui frôlaient nos têtes en poussant des petits cris aigus fuyant vers l’extérieur. »

Par ailleurs, c’est au Mexique que la future artiste fut sensible, pour la première fois, aux merveilles de la nature. « J’ai découvert ce qu’il y a de plus beau au monde : le soleil se levant en même temps que toutes les créatures de la jungle sous le chant des oiseaux ou l’eau cristalline que l’on trouve dans les cénotes, ces cavités profondes, ces sources que les Mayas ont consolidées avant d’en faire des lieux sacrés par une succession de rituels mystérieux. » En plus d’être vécue comme un éblouissement (une qualité qu’elle saura garder toute sa vie), cette expédition a attisé son goût du mystérieux et de l’impénétrable. « Pour moi, c’était un peu comme l’Atlantide : marcher sur les traces d’une civilisation disparue. » Depuis, Arielle Dombasle l’avoue volontiers : même s’ils apportent tous quelque chose d’indéfinissable et de riche, elle aime l’idée qu’un voyage soit propice à la découverte de quelque chose d’extraordinaire. Mais si celui-ci a été fondateur, c’est parce qu’il lui inspira l’idée que pour s’ouvrir correctement au monde, il faut d’abord aller à la conquête de soi afin de déceler ses propres forces et ne pas avoir peur d’explorer.

« Dans le travail, j’aime prendre des risques et sortir des sentiers battus pour essayer d’échapper à toute forme de facilité ou de conformisme. » De quoi bâtir une carrière unique. Comédienne révélée par Éric Rohmer, meneuse de revue au Crazy Horse et à l’Opéra-Comique, muse, réalisatrice (Opium en 2013, Alien Crystal Palace en 2018), Arielle Dombasle est aussi une chanteuse audacieuse et inspirée qui vient de signer sa troisième collaboration avec le rockeur Nicolas Ker : un album, Empire, qu’elle voit comme « une invitation à repenser la réalité telle que nous la percevons à travers un condensé de rock aux accents gothiques » et une occasion d’affirmer son engagement pour l’écologie. Comme une nouvelle preuve que ce voyage aura fait d’elle une artiste polymorphe et accomplie, qui s’affranchit systématiquement des catégories qu’on essaie de lui imposer.

Empire, d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker (Barclay/Universal).

En concert à La Maroquinerie, Paris 20e, le 17 septembre.

Swagger and sway beneath a neon glare (Culture Catch)

Some albums are sublime confections. A perfect amalgam of style, poise and kookiness. One such venture is Empire the second explosion of songs from Nicolas Ker (Poni Hoax) and his muse Arielle Dombasle. At first sighting they are an unusual pairing, the French-Cambodian rocker and the respected actress/singer with the sultry voice and ghostly air. It shouldn’t work, but does, quite perfectly. If you like your pop intelligent, riven with references and old fashioned elegance, then this is the confection for you. Like a cross between Nick Cave/Leonard Cohen, Ker drawls and intones, and Dombasle evokes Marie Laforet/Vanessa Paradis in her vocal slinks and quivers. An elegance and wit is at large. Tongue in chic and shooting perfectly from the hip. Think Lee Hazlewood and Nancy Sinatra exiled from LA in the French rain. It would all fall asunder if Ker wasn’t such an astute creator and embroiderer of superb songs. The album, like many has been delayed because of the current world crisis, but has been well worth the wait and the anticipation, with the delicious confetti of videos to charm and insinuate an increased sense of desire. 

Arielle Dombasle sur la plage pour Paris Match

A perfect amalgam of style, poise and kookiness.

Proceedings launch with the jaunty “Humble Guy” a song that blends Ker’s dulcet tones with Dombasle’s piping and kittenish ease and a Sixties orchestration that suggests both London’s Carnaby Street and a neon drenched interlude in Paris.

A lyric about a sense of failure, but one imbued with a delightful air of flippant sadness.

“Twin Kingdom Valley” has a Kraftwerk reminiscent heartbeat motif and an air of louche decadence. A song of narcissistic trepidation, it twists effortlessly along and slowly fades away, whilst lingering and loitering long in the memory. “Desdemona” possesses a tremendously catchy marching band conceit that allows it to step along with a wonderful automaton inflection, as Ker’s voice underpins things like a officer barking out commands whilst Dombasle pouts and soars.

“Le Grand Hotel” stands as the sole French sung confection. A mix akin to Serge Gainsbourg and Jane Birkin, neatly underpinned by violin. Evocative moody and bewitching, and as Dombasle delivers an effortlessly wan vocal, Ker anchors the song with his distinctive lower register. A near perfect slice of wayward despair.

“Just Come Back Alive” contains a Giorgio Moroder-theme of European pop-disco textures, and a catchy hook, a catwalk sense of movement and odd riffs, before a subtle explosion of strings and drums, catchy and memorable it develops into an epic of almost cartoon-like proportions. 

A mixture of need, a plea, and a command. As assured as it is honest, and a curt expression of vulnerability.

“Lost Little Girl” has a sweet, deceptive melody that rises and builds like The Stranglers did at their best. A strident confident song that flows and swerves in decided counterpoint to the tone of the words. There is an annoyingly infectious Euro-pop nod and wink in “The Palace Of The Virgin Queen” but it is effectively reigned in by an almost Rammstein heaviness, but it could still ignite like wildfire with its sparks of catchiness. A creation that should be remixed into an addiction for the ears, in all its dark and light nursery rhyme-like glory. More than faintly bonkers it has a life of its own that suggests the influence of the late Klaus Nomi. 

An increased sense of desire.

The appropriately named “A Simple Life” is a mixture of Baroque folk and Francoise Hardy ’60’s elegance and shows what a refined instrument Dombasle’s voice is. It bridges a perfect quiet interlude in the midst of such stylised concision. Utterly beautiful, and with a timeless brevity, the piece glides and sways like a leaf falling in the breeze. 

Arielle Dombasle dans le clip "Le Grand Hôtel"

“Deconstruction Of The Bride” unleashes a manic industrial filmic soundscape, a nightmare that flies above tinkling stabs of piano. A gothic panorama of the mind with a plethora of descending chords, it throbs and rises, and falls to again soar. Melding the likes of Ministry with Nine Inch Nails it betrays the breadth of shade that the album houses, without ever jarring the tonal landscape of its varied proceedings.

An exquisite journey.

With “The Drowning Ocean” we are treated to a Glam-like piano fueled epic, akin to Mott The Hoople’s “All The Way From Memphis.” An accomplished partial pastiche that presents itself as forceful plea to treat the world with respect, a rock ballad of exquisite ache and accomplishment, it departs with a welling wealth of poignant orchestration. 

“Enter The Black Light” arrives like a subdued and smouldering piece of of mannered elegance. Prancing and preening in darkened majesty, this stands as a song haunted by Nick Cave’s restrained and tempered sense of pomp, as it slithers like a snake recoiling into darkness.

Finally “We Bleed For The Ocean” bewitches, an ethereal hymn for ecological sense, with a dirge-like beauty and Dombasle in the role of a warning siren. A fitting conclusion to a palette of finesse and splendid inspiration, and so the red velvet curtains, finally and quietly, swish together in conclusion.

Arielle Dombasle en sirènr pour la campagne #PickUpThePlastic

Albums like Empire are rare. The visions it contains are wide but perfectly reigned in, and breathing, living proof that artistry remains a force we should cherish and desire in a world increasingly engulfed by auto-cued mediocrity. Splendidly, unashamedly romantic and decadent, this is a work that transcends its European origins by being universally appealing. Ker has a knack for distinctive and accomplished song-craft and in Dombasle he has the perfect counterpoint of light to illuminate his darkening scores. The whole thing exerts a sense of manicured madness, but never veers off the edge, and if it does it brings the listener back. All part of the exquisite journey. 

Here is an album that reveres its ghosts with kindness. Listen and you’ll see them rise in their refined and haunting glory. And somewhere in the rain a blue neon sign crackles and dies.

Pochette de l'album Empire d'Arielle Dombasle et Nicolas Ker

Empire, Arielle Dombasle & Nicolas Ker’s latest album is out now !

Get your tickets for Arielle Dombasle & Nicolas Ker’s concert at La Maroquinerie (Paris, France) on September 17th !

L’Empire d’Arielle Dombasle (Nice Matin)

Après La Rivière Atlantique, Arielle Dombasle et Nicolas Ker poursuivent leurs manifestes esthétiques avec Empire. Un nouvel opus entre ombres et lumière, raffiné, porté par ce duo incandescent et plus que jamais dans le flow.

Rendez-vous est pris à La Colombe d’or (où une salade porte son nom !), lieu mythique et lié à sa légendaire histoire avec BHL, à Saint-Paul-de-Vence. Elle fait irruption dans le bar, longue liane toute de corail vêtue. Aussi gracieuse que dans le clip de We Bleed for the Ocean, l’un des titres de l’album Empire, où elle apparaît en sirène prise au piège dans les déchets plastique.

Un film réalisé par Arielle Dombasle elle-même, dans le cadre de la campagne #JeSauveUneSirène, Pick up the Plastic !, en soutien avec la Fondation Nicolas Hulot. Ce qui n’empêche pas Arielle, créature polymorphe, de se transformer en mannequin de celluloïd dans un autre clip, celui de Humble Guy.

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Arielle Dombasle et Nicolas Ker seront en concert à La Maroquinerie le 17 septembre ! Cliquez ici pour réserver vos place !

Une promenade avec Arielle Dombasle (Le Monde)

Se promener dans Paris avec Arielle Dombasle, c’est plonger dans le monde imaginaire d’une fausse Barbie post-punk de bonne famille qui, depuis qu’en 1976 elle a revêtu la robe de Blanchefleur dans Perceval le Gallois, d’Eric Rohmer, est devenue à tout jamais la « pucelle blonde aux yeux bien fendus… » que réclamait le rôle. Elle s’en amuse : « Ce sont les mots mêmes de Chrétien de Troyes» N’était-elle pas dans le personnage depuis toujours ? Depuis qu’enfant sa grand-mère écrivait pour elle et son frère Gilbert mille aventures dont ils étaient les héros. Elle était Titania, il était Oberon. On ne quitte pas le monde du conte comme on veut.

Titania donc, la fée des bois, Arielle Sonnery pour l’état civil, Arielle Dombasle pour la postérité. Un elfe de 47 kg, six décennies au compteur, coquette en tout, sur son âge comme sur le reste (« J’aurais sans doute aimé être la Belle au bois dormant… J’aime l’idée d’être réveillée par un baiser. »), l’air épuisé sous le maquillage – mais qui ne le serait avec cette chaleur ? –, nous emmène à travers les rues de Saint-Germain-des-Prés. « Je me sens étrangère partout. Ça libère. »

Empire, le nouvel album d’Arielle Dombasle et Nicolas Ker, déjà disponible !

Arielle Dombasle et Nicolas Ker seront en concert à La Maroquinerie le 17 septembre ! Cliquez ici pour réserver vos place !